Taxer les grands distributeurs en faveur de l'écologie: fausse bonne idée

Taxer la grande distribution pour favoriser la mobilité écologique : l’idée défendue par un député socialiste bernois ne convainc pas le Conseil-exécutif. L’élu demande qu’à partir d’une taille qui reste à définir, les grandes enseignes soient taxées. Le montant serait fixé en fonction de la surface de stationnement proposé à la clientèle. L’argent récolté servirait à promouvoir les déplacements à pied, en vélo ou en transport public. Il pourrait aussi financer les lignes de transports publics menacées de fermeture dans les régions périphériques. Il s’agit d’une fausse bonne idée, selon le gouvernement bernois.

Spécificités régionales ignorées

L’offre en matière de transport public n’est qu’une des raisons qui poussent les gens à préférer leur voiture. Le Conseil-exécutif explique que chaque région a ses spécificités, et imposer une taxe identique à l’échelle cantonale n’a aucun sens. Il ajoute que les stratégies nationale et cantonale ont pour but de financer les transports publics en priorité là où la demande est suffisamment forte en moyenne annuelle. Il faut donc utiliser efficacement le peu de ressources disponibles. Le gouvernement bernois déclare par ailleurs que cette proposition théoriquement défendable ne saurait produire les effets souhaités. Il propose donc au Grand Conseil de rejeter cette motion. /ast

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.