La centralisation des CJ fait grincer des dents

Repenser les lieux d’implantation de l’ensemble des services des CJ : une motion en ce sens a été déposée le 18 novembre par Françoise Chaignat. La députée suppléante PDC au Parlement jurassien regrette que les bureaux et infrastructures des Chemins de fer du Jura se situent presque tous à Tavannes et à Tramelan. Elle souhaite que les autorités politiques du canton du Jura étudient, avec la direction des CJ, la possibilité d’établir certains services ou divisions dans les Franches-Montagnes.

Françoise Chaignat argumente que « le canton du Jura est le principal contributeur financier des CJ et que c’est dans la partie jurassienne que l’essentiel du réseau ferroviaire s’y déploie ». Elle précise que plusieurs gares des CJ sont inoccupées actuellement dans les Franches-Montagnes et qu’elles pourraient, peut-être, accueillir certains services. La députée du parti démocrate-chrétien explique que son idée fait suite au refus, le 24 novembre 2013, du Jura bernois d’entrer en matière sur la création d’un nouveau canton avec le Jura. A cela s’ajoute que, selon Françoise Chaignat, les CJ ont pour idée depuis plusieurs années de déplacer les bureaux de la direction de Tavannes à Tramelan et qu’il serait judicieux de repenser plus largement la localisation de l’administration.

Une décentralisation trop coûteuse, selon les CJ

Du côté des Chemins de fer du Jura, le directeur, Frédéric Bolliger, tient, tout d’abord, à préciser que le projet de déplacer la direction de Tavannes à Tramelan n’est, pour l’heure, plus d’actualité, faute de financement nécessaire. En revanche, il répond, qu’à titre personnel, il comprend cette demande de décentralisation. Frédéric Bolliger dit être bien conscient qu’une grande partie du réseau se situe sur le territoire du canton du Jura, alors que la plupart des services des CJ se trouvent sur le territoire bernois. Toutefois, l’idée de les établir dans les gares inoccupées des Franches-Montagnes, comme le propose Françoise Chaignat, est impossible. Il explique qu’elles sont trop petites et qu’aucun autre bâtiment dans les Franches-Montagnes n’est susceptible d’accueillir une division administrative. « Il faudrait alors construire et cela coûterait plusieurs millions de francs. Une décentralisation compliquerait également le travail et l’efficacité des CJ », ajoute Frédéric Bolliger.

Frédéric Bolliger a tenu à préciser « que le terme "Jura " dans Chemin de fer du Jura ne se rapporte pas à la République et Canton du Jura mais à la chaîne de montagne. Les CJ existent depuis 1945 alors que le canton du Jura est bien plus jeune que notre réseau qui s’étend aussi sur Berne et Neuchâtel ». /jpp

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.