Abandon du taux plancher : un an après

La Banque nationale suisse annonçait il y a un an, l’abandon du taux plancher. L’industrie faisait alors part de son inquiétude pour l’avenir. Douze mois plus tard, nous avons contacté des entreprises de la région pour faire le point sur la situation.

Différentes stratégies misent en place

Certaines ont décidé de réduire leurs coûts. C’est notamment le cas d’Affolter à Malleray. Seuls les projets rentables ont donc été maintenus. L’abandon du taux plancher a toutefois permis à l’entreprise de s’orienter sur d’autres marchés à travers le monde. « Nos ventes en Asie n’ont pas foncièrement baissé et puis on a découvert un nouveau marché, celui des États-Unis où l’euro en tant que moyen de paiement n’a pas vraiment d’influence » explique Vincent Affolter, directeur général d’Affolter Technologies SA.

Variations selon les secteurs

Les secteurs de l’horlogerie, du décolletage et du médical n’ont pas subi les mêmes conséquences. Nicola Thibeaudau, directrice générale de MPS Micro Precision Systems SA à Bienne l’a bien remarqué, l’entreprise travaillant dans différents domaines. « Dans un secteur particulier du médical, c’était très difficile, on commençait à développer de nouveaux produits. Il a fallu arriver à des coûts encore plus compétitifs. Mais également dans la sous-traitance de décolletage où là c’était plus compliqué à l’étranger. »

En 2016, la situation devrait donc rester assez semblable à l’année dernière. /seb

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.