Peine pécuniaire pour les agents de sécurité violents

Tribunal de Moutier Zoom sur « Tribunal de Moutier  » (touche ESC pour fermer)
Les trois prévenus n'ont fait part d'aucun regret durant toute la procédure judiciaire

Pas de prison pour les trois agents de sécurité du Perroquet. Les trois prévenus comparaissaient devant le Tribunal de Moutier depuis la semaine dernière. Ils étaient accusés d’avoir coursé puis violenté un groupe de jeunes fêtards après leur avoir interdit l'accès à la discothèque de Reconvilier en juin 2013.  Le verdict est tombé mardi en fin de journée.

Le pire a été évité

Les trois ressortissants kosovars ont été reconnu coupables de tentative de lésions corporelles graves. Les coups portés à la tête d’un des jeunes lorsqu’il était à terre aurait pu avoir de très sérieuses conséquences a insisté le juge Jean-Mario Gfeller. Heureusement l’intervention de témoins attablés à un autre bar à proximité du Perroquet a permis d’éviter le pire. Finalement, les agents de sécurité écopent d’une peine pécuniaire avec des jours amendes variant de 30frs à 40frs et de 270 à 330 jours.

Fin de carrière dans la sécurité

Le Tribunal n’a pas manqué de préciser que les hommes ne doivent plus exercer dans le domaine de la sécurité. « Vous ne remplissez pas de manière très claire les conditions élémentaires pour cette activité » a martelé son président Jean-Mario Gfeller.  

Lanceur de brique libéré

L’un des jeunes fêtards comparaissait également devant la justice prévôtoise pour avoir lancé une brique envers les agents de sécurité durant l’altercation. Il a été libéré de toute prévention au bénéfice du doute. /nme   

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.