De la prison pour des poubelles

Les containers semi-enterré peuvent faire penser à certains citoyens que les risques de se faire controler sont moins élevés Zoom sur « Les containers semi-enterré peuvent faire penser à certains citoyens que les risques de se faire controler sont moins élevés » (touche ESC pour fermer)
Les containers semi-enterrés (ici à Sonceboz) peuvent faire penser à certains citoyens que les risques de se faire controler sont moins élevés

Jeter ses ordures au mauvais endroit peut mener derrière les barreaux. La commune de Sonceboz a récemment indiqué qu’un homme avait été condamné à 10 jours de prison. Sa faute : avoir régulièrement procédé à des dépôts de déchets illicites. Il a notamment déposé des objets encombrants dans la forêt.

Le citoyen indiscipliné a dans un premier temps reçu une amende de 1'000 francs, qui n’a pas été réglée. Le cas dénoncé au ministère public a débouché sur une peine privative de liberté sur le principe d’un jour d’enfermement par tranche de 100 francs impayée.

Ce cas survenu en 2013 fait figure d’exception, mais les fraudeurs existent et ils encourent aussi des risques. La responsable du dicastère des bâtiments et des déchets de Sonceboz, Chantal Vaucher, explique que les personnes qui n’utilisent pas les sacs officiels risquent une amende de 250 francs, puis 50 francs par sac supplémentaire.

Des contrôles sont régulièrement effectués et permettent généralement d’identifier les personnes qui ne respectent pas les règles. /ast

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.