Il nie avoir triché au PMU

Tribunal Zoom sur « Tribunal » (touche ESC pour fermer)
Le procès s'est ouvert lundi matin derrière la porte du tribunal de Moutier

Il aurait obtenu plus de 324'000 francs de gains illégaux : un homme soupçonné d'escroquerie comparaît depuis lundi matin devant le tribunal de Moutier. Les faits qui lui sont reprochés se sont produits entre août 2011 et janvier 2012 sur la borne PMU du kiosque Relay Naville, à Tavannes.

Triche à la borne PMU

Le prévenu est un habitué des paris sur les courses de chevaux. A l’époque des faits, il fréquente régulièrement le kiosque de Tavannes. Selon l’acte d’accusation, il aurait noué un rapport de confiance avec les responsables du point de vente, ainsi qu’avec leurs employés. Il aurait finalement été autorisé à utiliser seul la borne PMU qui nécessite un code, code qui lui aurait été confié par un membre du personnel du kiosque.

Une fois en possession de ces informations, l’accusé aurait enregistré des paris qu’il n’aurait pas systématiquement payés. Il aurait aussi utilisé la fonction « nouveau client » de l’appareil pour tromper les employés sur le nombre de paris effectués. En agissant ainsi, il aurait obtenu au minimum 324'000 francs de gains illégitimes.

L'accusé conteste les faits

Le prévenu entendu lundi matin par les juges et le procureur nie les faits. Il confirme avoir eu connaissance du code de la borne PMU, mais affirme qu’il a toujours payé ses paris. Il est arrivé qu’il ne paie pas immédiatement, mais il soutient l’avoir toujours fait avant la fin de la journée.

Il ajoute qu’il n’était pas le seul à connaître le code de l’appareil. Une dizaine d’autres joueurs seraient aussi concernés selon lui. Il affirme ne pas être le coupable que la justice cherche.

Un éventuel complice plaide non coupable

Un autre suspect est impliqué dans cette affaire. Il s’agit d’un ancien employé du point de vente. Il est notamment accusé de complicité d’escroquerie. Le ministère public estime qu’il avait connaissance des tricheries réalisées par le suspect principal. Il l’aurait même aidé à réaliser ses méfaits. L’avocat de ce second prévenu entend plaider l’acquittement.

Escroquerie à l'aide sociale reconnue

Pour en revenir au suspect principal, il est aussi prévenu d'escroquerie à l'égard des services sociaux Centre Orval à Reconvilier. Le prévenu n'aurait pas déclaré des revenus obtenus grâce à une activité de croupier dans une salle de poker. Il aurait indûment touché 11'600 francs d'aide sociale. Le suspect a reconnu ces faits. /ast

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.