Carrés musulmans: des communes perplexes

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le carré musulman du cimetière de Madretsch à Bienne lors de sa mise en service en 2012

Les communes bernoises doivent-elles aménager leurs cimetières pour permettre aux musulmans d’être enterrés selon leurs rites ? La question est d’actualité depuis que le canton de Berne a lancé une recommandation en ce sens il y a dix jours.

L’objectif visé est de faciliter l’intégration de la communauté musulmane. Les croyants musulmans revendiquent en effet le droit de pouvoir enterrer leurs défunts selon les rites prescris par leur religion, soit orientés en direction de la Mecque.

Une recommandation, pas une obligation

Même s'il n'est question que d'une recommandation et non d'une obligation, l'initiative du canton de Berne ne suscite pas l’enthousiasme des communes de la région. Certaines se demandent pourquoi les autorités cantonales prennent les devants alors que la demande est soit très faible voire inexistante dans les petites communes.

De plus, rappeler aux communes qu’elles sont libres de faire ce qu’elles veulent en la matière, tout en les encourageant à créer des carrés musulmans, cela ressemble à double discours pas forcément bien compris.

Sur le principe, l’idée ne séduit pas plus: aménager des secteurs débarrassés de tout symbole chrétien comme les croix, pour permettre aux défunts musulmans d’être inhumés en direction de la Mecque, est vécu comme une atteinte à la culture chrétienne, qui pour beaucoup dans le Jura Bernois, demeure un ciment identitaire très important. 

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Carrés musulmans dans les communes bernoises: Mohamed Hamdaoui et Roland Matti en débattent sur RJB.

Débat sur les carrés musulmans dans les communes bernoises

RJB a ouvert le débat avec deux invités: le maire PLR de La Neuveville,  Roland Matti, ainsi que le député socialiste bernois, Mohamed Hamdaoui. /gwe

(son disponible uniquement sur la version classique de notre site internet)

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.