Le Pantographe persiste et ne signe pas

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Une rencontre aurait eu lieu entre le Pantographe et Tornos le 10 février dernier.

Nouvel épisode dans le conflit qui oppose le Pantographe à Tornos. Dans une réponse à un courrier de l’entreprise transmise à la presse samedi soir, le collectif culturel de Moutier fait savoir qu’il refuse de signer une proposition de convention rédigée par le fabricant de machines-outils. Cette dernière semble faire suite à une rencontre entre les deux parties le 10 février dernier, au cours de laquelle le Pantographe aurait demandé un délai de deux ans pour quitter l’ancienne usine Juncker, propriété de Tornos. Le collectif qualifie le texte d’ultimatum car il l’engagerait à laisser les lieux dans un délai bien plus court que celui demandé. Pour rappel, le délai avait été initialement fixé à lundi prochain.

Trois propositions sur la table

Le courrier nous apprend que le Pantographe a fait trois propositions à Tornos lors de leur rencontre. La première consiste en un rachat immédiat du bâtiment, la seconde en un partage de l’espace entre les deux protagonistes. Le collectif culturel évoque dans un troisième temps un délai de deux ans, une période minimum qui lui permettrait de se reloger. Selon le Pantographe, l’entreprise prévôtoise a balayé les deux premières options en invoquant le nécessité de récupérer le bâtiment et l’impossibilité d’un partage pour des raisons d’incompatibilité. Quant au délai de deux ans, Tornos l’aurait réduit à quelques mois.

En conclusion…

Le collectif culturel fait donc savoir qu’il ne signera pas la convention transmise par le fabricant de machines-outils. Ce texte « brûle une structure saine, généreuse et durable sur le bûcher d’un système économique en perdition » conclut-il. /alr + comm

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.