Quel avenir pour la psychiatrie régionale ?

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Maxime Zuber souhaite obtenir des réponses de la part du gouvernement bernois

« Les responsables de l’autonomisation de la psychiatrie bernoise ne prennent aucun compte des spécificités de la région francophone ». Ces propos de Maxime Zuber témoignent de son inquiétude quant à l’avenir des soins offerts aux patients de la région. Le député-maire de Moutier demande notamment au Conseil-exécutif s’il est exact que le Centre psychiatrique de Tavannes fermera ses portes le 22 avril prochain et souhaite savoir combien d’emplois seront transférés à Bienne suite à cette mesure. Maxime Zuber se demande aussi si ces postes reviendront un jour dans le Jura bernois.

Quid d'une institution interjurassienne?

A cela s’ajoute une autre crainte à plus long terme. Le député PSA redoute que cette décision ne mette en péril la création d’une structure psychiatrique interjurassienne. Il souhaite enfin savoir si ces mesures se traduiront par de nouveaux licenciements et de nouvelles démissions. Maxime Zuber a demandé une réponse urgente de la part du gouvernement bernois.

Probablement pas de réponse avant juin

Il est toutefois peu probable que le Conseil-exécutif traite ces questions avant la prochaine session du Grand Conseil en juin prochain, selon Jean-Philippe Jeannerat, chef d’état-major de la Direction bernoises de la santé publique. /ast

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.