« Une fusion nécessaire pour l’avenir »

Près de 300 membres de la MIBA ont pris part à l'assemblée générale de la coopérative. Zoom sur « Près de 300 membres de la MIBA ont pris part à l'assemblée générale de la coopérative.  » (touche ESC pour fermer)
Près de 300 membres de la MIBA ont pris part à l'assemblée générale de la coopérative.

L’union fait la force. C’est en tout cas ce que souhaite la MIBA, la société coopérative qui regroupe les producteurs de lait du nord-ouest de la Suisse. Réunis en assemblée générale mercredi à Delémont, ses membres ont accepté de fusionner leurs activités liées au commerce du lait avec une organisation du même genre, Nordostmilch, active dans l’est du pays. Les membres de celle-ci ont également accepté le projet de fusion. Ils étaient, eux, réunis du côté d’Illnau dans le canton de Zürich. Le président de la MIBA, Daniel Schreiber, a salué une décision importante pour l’avenir de la coopérative.

Un large soutien mais des producteurs résignés

Le projet a été largement approuvé, les débats ont toutefois été intenses avant de pouvoir procéder au vote. Plusieurs producteurs ont pris la parole pour soutenir la fusion tout en reconnaissant qu’ils n’avaient pas vraiment d’autres choix pour faire face au marché actuel difficile. Les prix du lait sont en effet en chute libre depuis 2014. L’abolition du taux plancher par la BNS, le tourisme d’achat ou encore la suppression par l’Union européenne des quotas laitiers n’ont pas arrangé la situation. Pour le président de la Chambre jurassienne d’agriculture, Philippe Jeannerat, « une telle fusion est nécessaire dans une stratégie à moyen terme pour ne pas laisser mourir la MIBA ». Les responsables de la coopérative ont également dû rassurer certains membres qui craignent de ne plus avoir leur mot à dire au sein de la nouvelle structure.

Une nouvelle structure nommée « mooh »

Suite à ces décisions, les activités de commerce du lait de la MIBA et de Nordostmilch seront mises en commun pour créer une nouvelle société coopérative intitulée « mooh ». Celle-ci deviendra la principale organisation indépendante de producteurs en Suisse. Ce n’était toutefois pas l’objectif premier de cette fusion selon Christophe Eggenschwiler, le directeur de la MIBA. « Le but est avant tout d’augmenter l’efficacité de notre travail pour apporter une valeur ajoutée aux producteurs mais aussi aux transformateurs en offrant des prestations mieux calibrées contre rétribution », indique-t-il. Christophe Eggenschwiler souhaite aussi développer certains produits laitiers destinés au marché national et international. La MIBA espère enfin mieux réguler sa production de lait, en tentant par exemple de revaloriser au maximum l’excédent produit lors des pics du printemps.   

Les membres des deux organisations se retrouveront le 22 juin prochain à la Viano Arena en Argovie pour une assemblée constitutive. Ils statueront sur les statuts et les principaux critères des conditions d’achat du lait. Un comité de pilotage composé de membres de la direction des deux sociétés a été mis en place jusqu’à l’élection définitive du conseil d’administration de « mooh ». /alr + comm   

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.