Licenciement avant un probable réengagement

De g. à dr.: Jan von Overbeck (directeur ad interim des SPJBB), Pierre-Michael Raetzo (directeur des APR), Pascal Eggler (directeur de La Pimpinière), Elisabeth Vogt (président du conseil de fondation de La Pimpinière) Zoom sur « De g. à dr.: Jan von Overbeck (directeur ad interim des SPJBB), Pierre-Michael Raetzo (directeur des APR), Pascal Eggler (directeur de La Pimpinière), Elisabeth Vogt (président du conseil de fondation de La Pimpinière) » (touche ESC pour fermer)
De g. à dr.: Jan von Overbeck (directeur ad interim des SPJBB), Pierre-Michel Raetzo (directeur des APR), Pascal Eggler (directeur de La Pimpinière), Elisabeth Vogt (président du conseil de fondation de La Pimpinière)

L’autonomisation des Services psychiatriques Jura bernois – Bienne – Seeland passe par de nouvelles suppressions de postes. Les SPJBB ont annoncé mardi l’externalisation du Foyer Beau-Site, à Loveresse, et des Ateliers de production et de réinsertion (APR) situés à Courtelary et Reconvilier. L’ensemble des employées des deux institutions ont été informées que leurs contrats allaient être résiliés. Dans les faits, cela concerne 15,1 postes équivalents plein-temps pour les APR et 12,1 postes pour le Foyer. Cela ne signifie pas pour autant que la trentaine de collaborateurs concernés perdront leur travail. La grande majorité d’entre eux devrait être réengagée suite à des restructurations.

Refonte des structures

Le processus présenté mardi ne vise pas à fermer les Ateliers de productions et de réinsertion, ni le Foyer Beau-Site. En ce qui concerne les APR, ils devront changer de statut pour devenir une fondation financée par le biais de fonds privés et de contrats de prestations cantonaux. Cette prise d’indépendance fait aussi suite à un souhait de l’institution, selon son directeur Pierre-Michel Raetzo. Les prestations offertes aux bénéficiaires resteraient quant à elles inchangées.

Concernant le Foyer de Loveresse, sa gestion pourrait être confiée à La Pimpinière. L’institution basée à Tavannes est actuellement en tractation avec les SPJBB, et une décision sera prise le 21 juin prochain par son conseil de fondation. Ce dernier décidera de reprendre le foyer selon trois critères : la garantie des contrats de prestations, la baisse du prix de location du bâtiment du foyer, et la garantie d’avoir une dotation en personnel équivalente à celle en vigueur actuellement. Le directeur de La Pimpinière, Pascal Eggler, explique que la priorité est de maintenir les résidents dans leur lieu de vie actuelle.

Des contrats rompus pour garantir de bonnes conditions en cas d’échec des projets

L’externalisation des deux services actuellement dépendants des Services psychiatriques Jura bernois – Bienne – Seeland est en cours, mais aucun accord n’a encore été conclu. Le directeur ad interim des SPJBB, Jan Von Overbeck, se dit confiant mais explique que pour parer à toute éventualité, la meilleure solution pour le personnel était de rompre tous les contrats avant le 1er juin prochain.

Si l’un ou l’autre projet venait à capoter, les employés dont le contrat est rompu avant cette échéance sont assurés de bénéficier des garanties accordées au personnel cantonal. Si leur contrat avait été rompu plus tard, et que l’un ou l’autre des projets venait à échouer, ils n’auraient plus pu bénéficier de certaines prestations telles qu’un programme de réinsertion ou un accès privilégiés à d’autres postes cantonaux.

Dans la situation présentée ce matin, la grande majorité des employés des Ateliers de production et de réinsertion ainsi que du Foyer Beau-Site devraient conserver leur emploi. Les conditions d’engagement ne seront toutefois pas garanties, et certains pourraient voir leurs salaires adaptés à la baisse. Ceux qui le souhaitent pourront aussi chercher un autre emploi.

Dix postes en moins au SPJBB

Enfin, Jan Von Overbeck a encore expliqué qu’au sein des Services psychiatriques Jura bernois – Bienne – Seeland, la deuxième phase d’assainissement exigera la suppression de 10 postes équivalent pleins-temps, ce qui portera le nombre total d’emplois supprimés à 40, contre 60 prévus au tout début de la restructuration. /ast

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.