Un second tour plus restrictif

 Bruno Moser Zoom sur «  Bruno Moser » (touche ESC pour fermer)
Bruno Moser s'était présenté au second tour pour l'élection au Conseil des Etats malgré son faible nombre de suffrages

Le Conseil-exécutif se dit prêt à durcir les règles lors d’un second tour d’élections cantonales selon le mode majoritaire. C’est en substance la réponse qu’il apporte à trois motions déposées en automne dernier. Les textes demandaient de fixer des règles plus strictes afin d’éviter que des candidats avec un maigre score électoral puissent se présenter à un ballottage. Ces requêtes faisaient notamment suite à la candidature de Bruno Moser pour le deuxième tour de l’élection au Conseil des Etats. Le non retrait du Biennois, arrivé pourtant avant-dernier, avait empêché une élection tacite et conduit à la tenue d’un 2e scrutin.

Un dysfonctionnement onéreux

Tous les motionnaires sont clairs : ils ne veulent plus voir des situations aussi aberrantes se reproduire. D’autant que de tel cas de figure coûte très cher au canton : 500 000 francs environ pour l’organisation d’un second tour. Le gouvernement bernois reconnaît que la problématique se pose depuis l’entrée en vigueur en juin 2012 d’une loi qui a introduit le scrutin tacite lors d’élection au Conseil-exécutif ou au Conseil des Etats.

Vers un durcissement des conditions d’admission

Dans sa réponse commune aux trois motions, il se dit d’ailleurs disposé à serrer la vis en ouvrant par exemple le ballottage uniquement aux candidats qui obtiennent un certain pourcentage de suffrages au premier tour. Le gouvernement bernois entend également examiner les conditions qui régissent l’admission de nouvelles candidatures pour un deuxième tour. Aujourd’hui, seulement dix signatures légalisées suffisent pour prendre part au scrutin de ballottage.

La réflexion se poursuit

 Les mesures envisageables pour éviter que le scénario « Bruno Moser » ne se répète seront analysées dans le cadre de la révision des bases légales qui régissent le second tour des élections selon le mode majoritaire. La commission des institutions politiques du Grand Conseil  avait déjà confié au gouvernement bernois la mission de revoir les dispositions légales en la matière en novembre passé. /nme    

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.