Jugé pour des coups mortels

Le tribunal régional Jura bernois-Seeland à Bienne. Zoom sur « Le tribunal régional Jura bernois-Seeland à Bienne. » (touche ESC pour fermer)
Le Tribunal régional Jura bernois-Seeland à Bienne.

Quinze ans de prison ferme. C’est ce que risque un homme de 35 ans qui aurait asséné 12 coups de couteau à la victime. Les faits se sont produits le 8 juillet 2012 au Centre pour requérants d’asile Eschenhof à Gampelen. Le prévenu comparaît depuis mercredi matin devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland à Bienne. Il doit répondre d’assassinat, éventuellement de meurtre. L’homme a déjà passé 46 mois derrière les barreaux. Le ministère public requiert 15 ans de prison ferme accompagnée de mesures thérapeutiques en milieu fermé comme les risques de récidives du prévenu sont considérés comme élevés. Le verdict sera rendu vendredi en début d’après-midi.

Retour sur les faits

Le prévenu aurait donné 12 coups de couteau à la victime. Des faits qu’il conteste. L’homme de 35 ans a indiqué mercredi matin, « je n’ai donné que deux coups : un à l’épaule droite et l’autre au visage. Je voulais le blesser mais pas plus ». Le procureur a expliqué que le prévenu n’a laissé aucune chance à sa victime qui était assise en l’attaquant par derrière et par surprise. Selon le rapport du légiste, deux coups ont été mortels : l’un sur le côté droit de la poitrine, l’autre donné sur le flanc gauche. Pour l’accusé et la défense, les coups qu' a assénés le prévenu ne seraient donc pas les deux coups mortels. 

La personnalité du prévenu

Le prévenu est considéré comme un semeur de trouble, un asocial et un sanguin selon des témoins. Il a déjà été reconnu coupable de tentative de meurtre, il y a quelques années. La partie plaignante a insisté sur le fait que les déclarations du prévenu « n’étaient qu’un tissu de mensonges » et qu’il n’est pas constant dans ses propos.

Des circonstances atténuantes

La défense reconnaît que son client mérite une sanction sévère. Avant d’ajouter que toutes les circonstances doivent être prises en compte : les problèmes d’alcool de son client ainsi que ses troubles psychiques. Une heure après le drame, le prévenu affichait encore un taux d’alcoolémie de 2,5 pour mille. « Son acte était désorienté mais pas odieux » a indiqué l’avocat de la défense. Son client était sous l’emprise de l’alcool. L’avocat a souligné que le prévenu était constant sur deux éléments : il n’avait pas l’intention de tuer et il est certain de ne pas avoir donné plus de deux coups de couteau.

 La défense demande que son client effectue une peine de 48 mois de prison pour lésions corporelles graves et qu’il suive une thérapie en milieu fermé.

La partie plaignante demande une indemnisation pour tort moral de 17'500 francs en faveur de la famille de la victime. /seb

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.