Du chocolat casher à Courtelary

Le délégué rabbinique Claude Kelif supervise la production de chocolat casher chez Camille Bloch Zoom sur « Le délégué rabbinique Claude Kelif supervise la production de chocolat casher chez Camille Bloch » (touche ESC pour fermer)
Le délégué rabbinique Claude Kelif supervise la production de chocolat casher chez Camille Bloch

Un chocolat au goût inchangé, mais fabriqué dans le respect des impératifs alimentaires du judaïsme orthodoxe : c'est l'objectif visé dans la production de chocolat casher chez Camille Bloch, à Courtelary. L'entreprise produit durant trois semaines des Torinos et des Ragusas pour la Pâque juive, ou Pessach. Un processus qui se déroule selon des règles très strictes et sous la supervision de deux délégués rabbiniques.

« Le but n'est pas de produire un chocolat casher chez Camille Bloch, mais du chocolat Camille Bloch casher »  souligne Claude Kelif, originaire de Toulouse et délégué du Rabbin Westheim de Manchester. La nuance est importante : les contraintes ne doivent pas péjorer le goût. Les ingrédients doivent cependant provenir de sources certifiées, certains ne peuvent être au contact d'autres et les machines doivent être nettoyées selon des rituels précis. De plus, la présence d'un représentant du Rabbin est obligatoire.

Fondée par l'entrepreneur juif Camille Bloch en 1929, la chocolaterie bernoise produit du chocolat casher depuis les années 50. Cette variété représente aujourd'hui 4% de sa production, soit 100 tonnes, qui sont principalement exportée aux Etats-Unis. /sca

Partager
Link

Galerie photos liée

06.04.2011
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.