La filière bilingue de la discorde

gymnase du Lac Zoom sur « gymnase du Lac  » (touche ESC pour fermer)
Les élèves de Saint-Imier intéressés par une formation gymnasiale bilingue devront-ils finir leur école obligatoire à Saint-Imier ou à Bienne?

L’avenir de la filière bilingue gymnasiale risque de faire des remous jeudi soir à Saint-Imier. Les conseillers de ville sont appelés à se prononcer sur le rapport du Conseil municipal concernant la fréquentation des élèves imériens à cette formation proposée dans les gymnases de Bienne. Comme cette filière bilingue en immersion sera dès la rentrée 2017 régit par le modèle alémanique Quarta qui impose 4 ans de gymnase, des changements de modèles sont à prévoir pour les communes du Jura bernois.

Non à un départ anticipé pour le gymnase bilingue

Saint-Imier devait donc, comme toutes ses voisines, choisir si elle accepte ou non de libérer une année avant les élèves qui veulent suivre le gymnase bilingue. L’exécutif imérien a finalement décidé de s’opposer à laisser partir ses élèves au terme de la 10ème année d’école obligatoire. Pour le conseil municipal de Saint-Imier, cela ne faisait pas sens d’enfreindre le nouveau plan d’étude romand Harmos qui se base sur une scolarité obligatoire de 11 ans et non dix ans comme dans la partie germanophone du canton. Les jeunes Imériens pourront néanmoins, selon le souhait de l’exécutif, suivre cette formation de secondaire II en deux langues sur 4 ans mais seulement après avoir terminé leurs 11 années obligatoires.

Saint-Imier remonte le courant

Si les élèves de Saint-Imier devront s’accommoder d’une année en plus, leurs collègues des communes voisines pourront filer au gymnase bilingue dès la fin de leur 10ème année d’école obligatoire. Toutes les autres localités du Jura bernois semblent privilégier la variante boudée par Saint-Imier. Certains élèves de Renan ou Sonvilier qui fréquentent l’école secondaire de Saint-Imier pourront donc mettre le cap sur Bienne une année avant leurs camarades imériens. Un décalage qui risque de faire grogner les parents et qui n’est pas sans conséquence pour les finances communales de Saint-Imier puisque la recette d’écolage pourrait fondre.

Une refonte du sytème qui pèse sur le porte-monnaie

Ce nouveau modèle de formation gymnasiale pourrait s’avérer assez indigeste pour les finances communales imériennes. En plus d’une perte éventuelle au niveau des frais d’écolage secondaire, une charge supplémentaire va venir alourdir la facture de la commune de Saint-Imier peu importe la solution choisie par le législatif jeudi soir. Que les élèves suivent cette filière bilingue après 10 ans ou 11 ans d’école obligatoire, cela implique des frais supplémentaire estimée à environ 30'000 francs pour Saint-Imier.

La Chaux-de-fonds n’est plus une option

Le canton de Berne a décidé, par ailleurs, de privilégier cette filière bilingue en immersion à Bienne et de ne plus autoriser, dès la rentrée 2018, les élèves de Saint-Imier à suivre ce type d’enseignement français-allemand au lycée Blaise-Cendrars à La Chaux-de-fonds. /nme  

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.