Moutier dit oui à la filière bilingue

Le Conseil de ville de Moutier était réuni pour la dernière fois avant la pause estivale Zoom sur « Le Conseil de ville de Moutier était réuni pour la dernière fois avant la pause estivale » (touche ESC pour fermer)
Le Conseil de ville de Moutier était réuni pour la dernière fois avant la pause estivale

Le Conseil de ville de Moutier s’offre des vacances. Le législatif prévôtois s’est réuni à la Societ’Halle lundi soir pour sa dernière séance avant la pause estivale. L’Entente jurassienne en a profité pour louer les mérites du maire sortant, malgré son absence. « Maxime Zuber a fait de Moutier une ville où il fait bon vivre, il lui a donné une voix qui porte », s’est exprimé Pierre Sauvain.

Quatre ans de gymnase pour la filière bilingue

Les Prévôtois pourront fréquenter la filière gymnasiale bilingue à l’issue de la 10e année Harmos. Le Conseil de ville s’est prononcé sur ce point à l’ordre du jour lundi. Il a accepté de libérer les élèves intéressés par cette voie une année plus tôt. Le législatif prévôtois a décidé de s’aligner au modèle alémanique de la Quarta pour la filière gymnasiale bilingue, afin que les élèves ne doivent pas faire les frais des divergences politiques. Plusieurs élus sont tout de même montés à la tribune pour faire part de leurs réserves. Ils ont par exemple évoqué une entorse au Plan d’études romand. Des réticences qui se sont reflétées dans le vote. Ce point a été accepté par 23 voix, contre 1 et 14 abstentions.

Le législatif ouvre son porte-monnaie

Le résultat a été nettement plus clair pour les deux crédits proposés. Dans un premier temps, le Conseil de ville a largement validé la somme de 237'000 francs pour la réalisation d’une centrale photovoltaïque sur le toit de la halle polysport. Les élus ont ainsi suivi la volonté du Conseil municipal qui a rappelé que Moutier est devenu cité de l’énergie et qu’elle s’est donc engagée à améliorer sa production d’énergie verte.

Le Conseil de ville a ensuite accepté de libérer un crédit de 830'000 francs pour l’achat de trois parcelles dans la zone industrielle des Laives. Ce dossier s’inscrit dans la continuité de l’acceptation du plan de quartier des Laives et comprend notamment le terrain sur lequel est situé l’ancien Pavillon N16. L’exécutif prévôtois a précisé que le coût de démontage du Pavillon se montera à 200'000 francs. Il espère par ailleurs louer cette surface quelque temps avant la construction du Technopôle, d’autant que ce projet est pour l’instant gelé en raison des finances communales.

Le législatif a également approuvé les comptes 2015 de la commune qui ont bouclé sur un bénéfice 219'000 francs. /mdu

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.