L’agritourisme va pouvoir décoller

Agritourisme Zoom sur « Agritourisme  » (touche ESC pour fermer)
L'agritourisme, un domaine appelé à se développer dans le Jura et le Jura bernois sous l'égide du projet « Marguerite ».

« Marguerite » se prépare à éclore dans le Jura et le Jura bernois. Le projet de développement régional de l’agritourisme a été accepté par l’Office fédéral de l’agriculture pour une durée de six ans, soit de 2016 à 2021. L’OFAG a signé récemment la convention qui garantit le subventionnement fédéral ainsi que celui des cantons du Jura et de Berne. En tout, près de sept millions de francs seront investis durant la période. La Confédération engagera un peu moins de deux millions, le canton du Jura un plus d’un million et le canton de Berne 435'000 francs.

Des atouts à mettre en valeur

Le concept est basé sur les atouts de la région : une nature riche et préservée, les produits du terroir et le cheval Franches-Montagnes.  La mise en œuvre de diverses mesures concrètes peut ainsi démarrer. Un des objectifs vise à faire passer la proportion d’hébergement liée à l’agritourisme à 30 à 40% contre 15 à 20% aujourd’hui, selon les estimations. Le concept devra également réunir et fédérer l’ensemble des prestations qui tournent autour de ce secteur dans la région ainsi que des partenaires comme les offices du tourisme ou encore les parcs régionaux.

Des mesures collectives et individuelles

« Marguerite » comprend des mesures collectives qui touchent l’ensemble des 150 prestataires du domaine de l’agritourisme dans le Jura et le Jura bernois. Il s’agit notamment de la réalisation de 9 parcours équestre reliés entre eux sur 700 kilomètres. La responsable de « Marguerite », Micheline Aubry, considère, d’ailleurs, qu’il s’agit de « l’épine dorsale » du concept. Le projet de réseau équestre vise également à greffer diverses offres liées au cheval, à l’hébergement ou encore aux produits du terroir. Autres mesures collectives : la mise en œuvre d’un centre de services, l’amélioration de la qualité des prestations offertes ainsi que des actions de communication.

Le concept intègre également le développement de six projets individuels, deux dans le Jura bernois et quatre dans le canton du Jura. Tous concernent l’hébergement, les activités équestres ou encore les produits du terroir. Le futur Musée suisse de la distillation en fait partie. La structure devrait voir le jour début 2018 dans le domaine « Ô Vergers d’Ajoie » entre Porrentruy et Coeuve sous la forme d’un Centre d’interprétation agritouristique. La structure ne se contentera pas d’abriter la collection d’alambics historiques confiée par la Confédération au canton du Jura. Le propriétaire, Alain Perret, est arrivé à la fin de la phase de documentation. Le préconcept du futur musée a été établi. Il mettra davantage l’accent sur le développement du fruit plutôt que sur les alambics. Le visiteur sera projeté dans un espace qui comprendra « des odoramas, des tables multitouches ou encore des jeux », précise Alain Perret. Le public pourra vivre une expérience autour du fruit et du processus de distillation.

Les autres projets qui bénéficieront de la manne financière comprise dans le cadre de « Marguerite » concernent la fromagerie Sommer à Monible, la métairie du Bois-Raiguel à Cortébert, Tourisme Equestre à Courtedoux, le Gîte rural de Courcelon et Juravacances à Epauvillers. /comm + fco

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.