Les régions de montagne solidaires

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le comité du Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) s'est réuni à La Chaux-de-Fonds. Ici, de gauche à droite, le rédacteur en chef de Montagna, la revue du SAB, Laurent Favre, vice-président du SAB et conseiller d'Etat neuchâtelois et Thomas Egger, directeur.

Les régions de montagne ont besoin d’infrastructures performantes, tant en matière de transport que de service universel. Le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB), dont le comité s’est réuni lundi et mardi à La Chaux-de-Fonds, s’engage pour défendre les intérêts des territoires concernés.

Le SAB a milité contre l’initiative du service public. Il souhaite un service universel qui vit avec son temps, en demandant par exemple que le débit minimal des connexions informatiques passe de 2 à 8 Mbit/s. Une motion en ce sens a été déposée au Parlement par le conseiller national grison Martin Candinas.                                                          

Importance du réseau postal

Le Groupement surveille également la densité du réseau postal. Il souhaite que l’accessibilité en 20 minutes des services postaux pour 90% de la population soit vérifiée au sein de chaque région et pas uniquement grâce à la moyenne nationale comme c’est le cas aujourd’hui.

Tous les deux ans, le SAB publie un rapport sur l’évolution des régions de montagne et rurales. La dernière édition indique que sur 77 régions, 14 ont vu le nombre d’employés à plein temps diminuer. Une évolution qui a un impact direct sur la démographie. Si quatre régions ont vu leur nombre d’habitants baisser entre 2010 et 2015, dans l’ensemble, la population montagnarde est en croissance, mais à un rythme plus lent que celui du reste du pays.

Le franc fort menace

Les chiffres de l’économie de cet état des lieux sont globalement positifs, mais ils se basent sur les dernières statistiques publiées par l’OFS qui s’arrêtent en 2013. Le SAB craint les effets du franc fort. Des effets qui se font déjà ressentir. L’an dernier, le chiffre d’affaires de l’hôtellerie alpine a reculé de 12%, selon le groupe.

Pour assurer le développement des régions de montagne, le SAB milite en faveur du développement des transports. Il a soutenu le projet pour le Financement et l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF) et s’engage en faveur du Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA). /mwi

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.