Situation toujours confuse en Turquie après une tentative de putsch

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Photo: Keystone

Une tentative de coup d'Etat militaire semble avoir échoué vendredi soir et samedi en Turquie. Les événements ont coûté la vie à au moins 60 personnes, a indiqué samedi l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Un total de 754 militaires ont été arrêtés. En outre, cinq généraux et 29 colonels ont été démis de leurs fonctions sur ordre du ministre de l'Intérieur Efkan Ala, a précisé l'agence.

Le chef d'état-major de l'armée turque a été délivré après avoir été retenu en otage durant la tentative de coup d'Etat, selon un haut responsable du pays. Les forces restées fidèles au gouvernement turc ont pris le contrôle du quartier général de l'armée. Mais de petits groupes de putschistes continuent à résister, a déclaré samedi un haut responsable turc.

Des hélicoptères mais pas d’avions

Selon ce même responsable, les rebelles sont en possession d'hélicoptères de l'armée mais pas d'avions de combat.

La situation dans ce grand pays de 80 millions d'habitants, membre-clé de l'OTAN, reste toutefois confuse. Des coups de feu sporadiques étaient toujours audibles au petit matin dans plusieurs quartiers d'Ankara et d'Istanbul, après une nuit marquée par des explosions causées, selon les médias, par des bombardements aériens.

« Un acte de trahison »

Le chef de l'Etat, Recep Tayyip Erdogan, qui était en vacances sur la côte, est arrivé à l'aube à l'aéroport d'Istanbul, où ses partisans étaient venus l'accueillir en nombre. « L'acte de trahison » commis par les putschistes justifie « le nettoyage » de l'armée, a-t-il déclaré.

Mettant en cause l'opposant Fetullah Gülen, un imam qu'il accuse de longue date de noyauter les instances judiciaires et militaires pour le renverser, le président a ajouté que les arrestations suivaient leur cours.

Avant d'arriver à Istanbul, le président, interrogé en direct sur CNN Turquie par téléphone portable, avait appelé les Turcs à descendre dans la rue et à se rassembler sur les places pour lui exprimer leur soutien et défier les auteurs de la tentative de coup d'Etat, qui les avaient sommés de rester chez eux.

La tentative de coup d'Etat a débuté vendredi soir avec l'arrivée d'hélicoptères et d'avions de chasse dans le ciel d'Ankara, tandis qu'à Istanbul, des militaires fermaient l'accès aux deux ponts qui enjambent le Bosphore. Coups de feu et explosions ont ensuite retenti.

Reddition de putschistes

A l'aube, une centaine de putschistes se sont rendus à la police, à Istanbul. Selon un membre de l'administration, treize soldats qui cherchaient à pénétrer dans le palais présidentiel ont également été arrêtés.

Samedi matin, des élus étaient toujours retranchés dans le Parlement à Ankara, sur lequel des chars ont ouvert le feu. Selon l'un d'eux, le bâtiment a été touché par trois tirs, qui ont fait plusieurs blessés.

D'après un officier, l'aviation a abattu un hélicoptère utilisé par les putschistes à Ankara et l'agence de presse Anatolie fait état de 17 policiers tués dans l'attaque de leurs locaux, toujours dans la capitale. D'autres appareils pris par les rebelles continuaient en outre à tirer et des avions ont été dépêchés pour les intercepter, selon le premier ministre Binali Yildirim.

Swiss suspend certains vols

Le trafic aérien a été momentanément interrompu dans tous les aéroports et les réseaux sociaux étaient inaccessibles.

La compagnie aérienne Swiss a annulé tous ses vols de samedi à destination d’Istanbul.  Les vols d'Edelweiss Air à destination de Bodrum et d'Antalya et ceux de Swiss vers Izmir sont en revanche maintenus. /ATS-mwi

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.