Vendangeur en Suisse, un poste convoité

Hubert Louis, exploitant du domaine de la ville de Berne, reçoit des centaines de demande d'emploi par saison Zoom sur « Hubert Louis, exploitant du domaine de la ville de Berne, reçoit des centaines de demande d'emploi par saison  » (touche ESC pour fermer)
Hubert Louis, exploitant du domaine de la ville de Berne, reçoit des centaines de demande d'emploi par saison

A environ deux mois des vendanges, les demandes d’emploi fusent de la part de potentiels vendangeurs. Le domaine de la ville de Berne à La Neuveville, le plus grand du canton, reçoit entre 200 et 300 demandes par saison. Si certaines émanent de Suisse ou de la région, d’autres proviennent de plusieurs pays d’Europe comme par exemple, la Pologne, les Pays-Bas et surtout la France et l’Espagne.

Ni le gîte ni le couvert

Malgré la forte demande étrangère, Hubert Louis, exploitant du domaine de la ville de Berne privilégie les offres venant de Suisse mais surtout de la région. Pour les vendanges, il emploie 35 personnes, notamment des étudiants et des chômeurs. « Comme je n’offre pas de logements ni de nourriture aux vendangeurs, cela les dissuade de venir de loin», explique Hubert Louis. Pour le Neuvevilleois, la langue joue aussi un rôle. Il estime qu’il est plus simple de communiquer en français : « il faut par exemple leur expliquer comment trier le raisin ».
Au domaine de la ville de Berne, le recrutement se fait à la fin du mois de juin, début juillet. Pour deux semaines de travail le salaire individuel ne dépasse pas les mille francs. /anl

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.