Informatique et médias au cœur de l’enseignement

Bernhard Pulver souhaite mettre en avant les nouvelles technologies dans l'enseignement Zoom sur « Bernhard Pulver souhaite mettre en avant les nouvelles technologies dans l'enseignement » (touche ESC pour fermer)
Bernhard Pulver souhaite mettre en avant les nouvelles technologies dans l'enseignement

Il est aujourd'hui aussi important de maîtriser les technologies de l'information que de savoir écrire ou calculer. Fort de ce constat, le canton de Berne souhaite mettre l'informatique et les médias au cœur de l'enseignement. Il a donc élaboré une série de recommandations pour encourager et aider les écoles et les communes à organiser l'éducation dans ces domaines. Elles ont été présentées vendredi à Zollikofen par Bernhard Pulver, le directeur de l'instruction publique.

Vers davantage de mobilité

Equiper les classes de dispositifs mobiles et de réseaux WiFi : ce sont les deux principales recommandations du canton de Berne. Selon Bernhard Pulver, le temps des salles d’informatique conventionnelles est révolu. Il faut donc s’adapter. Acheter du nouveau matériel coûte cher, et les communes devront assumer ces charges. Le directeur de l’instruction relativise toutefois : des salles de classes seront libérées pour d’autres usages, ce qui permettra de faire des économies

Mieux utiliser les différents médias

Au-delà de l’informatique pure et simple, le canton souhaite développer la compréhension des médias. Ce terme comprend les différents canaux d’information, mais pas seulement. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont omniprésents, tous comme les sites dont les sources sont parfois obscures. Bernhard Pulver estime qu’il importe d’accompagner les enfants dans cet apprentissage afin de leur permettre d’exploiter au mieux ces ressources, tout en évitant leurs pièges.

Former les immigrés le mieux possible

La thématique des réfugiés s’est aussi invitée dans le discours de Bernhard Pulver. Il a rappelé qu’il s’agit de « personnes déracinées qui n’entrevoient pas d’autre issue que de tout quitter pour se lancer dans l’inconnu ». Le canton de Berne ne veut pas voir émerger une société parallèle qui ne maîtrise pas nos langues et notre culture, et qui ne soit pas intégrée. C’est pourquoi il veut leur offrir une bonne formation de base pour leur permettre de contribuer à « consolider notre société et notre économie », mais aussi pour reconstruire leur pays à leur retour.

Deux mesures pour améliorer l’intégration

Afin d’atteindre ses objectifs, le canton de Berne développe deux axes stratégiques. Le premier consiste à tripler le nombre de classes d’intégrations destinées aux adolescents et jeunes adultes dans le cadre de l’année scolaire de préparation professionnelle. Elles passeraient ainsi de 18 à 50.

Le second vise à mettre en place des cours intensifs au niveau de l’école obligatoire, mais aussi pour permettre à des jeunes d’entrer au gymnase ou à l’université. Une classe spéciale en ce sens sera ouverte à Bienne. Elle se destinera aux jeunes qui remplissaient déjà les conditions d’accès à ce type d’établissement dans leurs pays d’origine. /ast

La rentrée en chiffres

Lundi, les élèves bernois reprendront le chemin de l’école. Pour la scolarité obligatoire, ils seront 103'000 à retrouver leur pupitre, dont 9'500 dans la partie francophone du canton de Berne. Ces derniers seront répartis dans 478 classes.

Bernard Pulver était notre invité dans le journal de 12h15

(son disponible uniquement depuis la version classique du site Internet)

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.