Une fête pour améliorer la santé du Doubs

Doubs Zoom sur « Doubs » (touche ESC pour fermer)
Le Doubs, une rivière sujette à de nombreuses attentions (photo: archives).

Des amoureux du Doubs se mobilisent pour sensibiliser la population sur la santé de la rivière. Un groupe d’une dizaine de personnes met sur pied ce samedi une fête intitulée « Pour un Doubs sain demain ». La manifestation se tient à partir de 14h30 à St-Ursanne avec notamment un sentier didactique au programme ainsi que des animations pour les enfants et les familles, de même que des concerts. Elle est mise en place avec le soutien de plusieurs organisations de défense de l’environnement et de la commune de Clos du Doubs. Les organisateurs entendent ainsi « agir plutôt que réagir ». L’état de santé de la rivière continue à préoccuper divers milieux depuis plusieurs années malgré l’implication des pouvoirs publics, en Suisse comme en France, pour améliorer la santé de la rivière.

De multiples actions réalisées ou en cours

Deux groupes de travail franco-suisses se penchent sur la santé du Doubs depuis 2011. Des mesures sont ainsi déjà en vigueur, notamment pour coordonner les variations du niveau d’eau. Cette action fonctionne depuis 2015, en collaboration avec les exploitants de barrages sur le Doubs. « C’est une mesure qui va dans le bon sens », reconnaît Jean-Marc Comment, un des organisateurs de la fête, mais qui ne règle pas tous les problèmes. D’autres actions ont, par ailleurs, été menées à bien uniquement sur le territoire jurassien. Le responsable du domaine nature de l’Office cantonal jurassien de l’environnement, Laurent Gogniat, rappelle que cinq affluents du Doubs ont été revitalisés récemment.

Quant à la qualité de l’eau, elle est globalement bonne mais les mesures ne permettent pas d’évaluer la présence de micropolluants qui pourraient affecter la qualité de l’eau. De nouvelles normes fédérales en cours d’élaboration pourraient apporter un début de solution. Les villes neuchâteloises de La Chaux-de-Fonds et du Locle souhaitent ainsi mettre en place un système de traitement des micropolluants dans leurs stations d’épuration des eaux. Des réflexions en ce sens ont été lancées mais cela prendra encore du temps avant de voir le jour. Laurent Gogniat se réjouit de tels projets  et précise que les enjeux concernant ce type de particules se situent avant tout au niveau des agglomérations.

La satisfaction est également de mise chez Jean-Marc Comment mais il souhaiterait que la station d’épuration de St-Ursanne se dote d’un même équipement. Pour Laurent Gogniat, cela n’est pas possible. « Les enjeux sont trop faibles et il n’existe pas suffisamment d’équivalents-habitants. D’ailleurs, la nouvelle législation fédérale ne prévoit pas ce type de traitement pour des villages ou des petites cités », indique le responsable du domaine nature à l’Office jurassien de l’environnement.

Quoi qu’il en soit, l’impact des actions mises en place autour du Doubs ne peut pas être évalué dans l’immédiat. « La rivière n’a pas un rythme lié au calendrier humain, selon Laurent Gogniat. « Il sera possible de réaliser un bilan dans les décennies à venir car nous avons affaire à des écosystèmes qui réagissent sur le moyen et le long terme », souligne le responsable du domaine nature à l’Office jurassien de l’environnement.

Des mesures pour impliquer tout le monde

D’une manière plus globale, Jean-Marc Comment reconnaît l’importance des groupes de travail franco-suisses qui se sont mis en place autour du Doubs mais il souhaiterait davantage de mesures. Il souhaite que la population qui vit le long du Doubs soit davantage inclue dans les actions. « Je regrette beaucoup que ni le ministre ni l’Office de l’environnement ne soient venus à St-Ursanne jusqu’à présent pour rencontrer la population et les milieux agricoles pour que tous ensemble nous prenions des mesures pour le Doubs ».

Laurent Gogniat estime, de son côté, que les Etats – dont le Jura – « s’engagent déjà énormément ». Pour lui, la fête qui se tient ce samedi à St-Ursanne s’inscrit « en complémentarité entre les actions de l’Etat - des actions plus techniques - et celles de sensibilisation et de communication organisées par les associations de protection de l’environnement ». /comm + fco

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.