Perspectives financières sombres pour le canton

Beatrice Simon, conseillère d'Etat et directrice des finances du canton de Berne Zoom sur « Beatrice Simon, conseillère d'Etat et directrice des finances du canton de Berne » (touche ESC pour fermer)
La directrice des finances Béatrice Simon a présenté jeudi le budget 2016 du canton de Berne (photo: archives)

Les finances bernoises ne resteront pas dans le noir bien longtemps. Le Conseil-exécutif a présenté ce matin son budget 2017, ainsi que le plan financier pour la période 2018-2020. Si le premier document prévoit un bénéfice, le second fait état de perspectives nettement plus sombres.

Dégringolade annoncée

Le budget 2017 présente un excédent de revenus de 99 millions de francs, pour un investissement net de plus de 456 millions. Si ce résultat peut sembler positif, il témoigne déjà des difficultés auxquelles devra faire face le canton de Berne à l’avenir. En 2018, un petit bénéfice est encore prévu, avant une dégringolade les deux années suivantes, avec des déficits prévus d’environ 90 millions de francs. Les investissements, quant à eux, augmenteront quelque peu. Cette situation provoquera une hausse de la dette cantonale de 400 millions de francs, selon le Conseil-exécutif.

Causes multiples

Plusieurs facteurs expliquent cette détérioration : réduction plus importante des primes maladies, réduction de moitié du montant budgété pour la distribution du bénéfice de la Banque nationale suisse, mais aussi la baisse attendue des rentrées fiscales et de la péréquation financière nationale. Quelques améliorations sont prévues, mais elles ne permettent pas de compenser les pertes.

Collision avec la stratégie fiscale

Le Gouvernement bernois ajoute que ces perspectives compliqueront le financement de la stratégie fiscale en préparation. Cette dernière prévoit notamment des baisses d’impôts pour les entreprises qui engendreront des pertes fiscales de 140 millions dès 2022. Afin de conserver un certain équilibre, le canton annonce que des mesures d’allégement devront de toute façon être réalisées à moyen et long termes. Il renonce en revanche à augmenter l’impôt sur les véhicules à moteur. Cette mesure n’a aucune chance d’être acceptée, selon le Conseil-exécutif.

Discussions en novembre

Le Grand Conseil bernois discutera du budget 2017 et du plan 2018-2020 lors de la session de novembre. Il étudiera aussi le rapport du Conseil-exécutif sur la stratégie fiscale. Pour l’année en cours, un bénéfice est attendu, mais il devrait être moins élevé que prévu. /ast

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.