La prévention des feux de fourrage, c’est possible

Les feux liés à la fermentation des fourrages peuvent causer de gros dégâts en cette période. Zoom sur « Les feux liés à la fermentation des fourrages peuvent causer de gros dégâts en cette période. » (touche ESC pour fermer)
Les feux liés à la fermentation des fourrages peuvent causer de gros dégâts en cette période.

Agriculteurs et pompiers sont actuellement vigilants au stockage du foin. Ce début de mois de septembre est en effet une période propice à la fermentation des fourrages engrangés ces dernières semaines... et donc aux risques d'incendie. "Ca se produit de manière naturelle. C'est le fourrage qui crée sa propre température, ce qui est normal jusqu'à 55 degrés. Mais c'est aussi là qu'il faut faire un contrôle car si la température monte au delà, le foin peut s'auto-enflammer", explique Lionel Müller, commandant des pompiers d’Erguël dans le Jura Bernois.

"Avec la ventilation, il n'y a plus de fermentation"

L'ennemi s'appelle l'humidité. S'il y en a trop, c'est elle qui va favoriser et accélérer la fermentation. Pour éviter la catastrophe, la méthode préventive la plus simple consiste à contrôler régulièrement la température du foin à l'aide d'une sonde. Plus efficace encore, certains investissent dans un système de ventilation qui va diffuser de l'air dans le foin stocké. C'est la solution choisie par cet agriculteur de Villeret, Eric Brunnschweiler, qui engrange jusqu'à 3000 m3 de fourrage. "Déjà au départ on essaye de sécher le foin au maximum dans le champ. On rentre de grandes quantités alors il doit être passablement sec. Une fois rentré, on le ventile et avec la ventilation il n'y a plus de fermentation. Et s'il n'y a pas de fermentation, il n'y a normalement pas de feu.", détaille l'agriculteur.

Les assureurs édictent des directives

Mais tous ne sont pas forcément enclins à se payer un tel système. Malgré les incendies qui arrivent fréquemment, le commandant Lionel Müller ne rejette pas la faute sur les paysans. "Je ne pense pas que l'on puisse parler de négligence de leur part. C'est plutôt une routine de travail avec des périodes de contrôle qui seraient un petit peu longues... et puis entre deux contrôles tout d'un coup ça prend ! Ce n'est jamais de la mauvaise volonté car c'est quand même leur ferme et leur maison qui est là autour", analyse le chef des pompiers d'Erguël. Les assurances incendie et bâtiment donnent également des directives aux agriculteurs. Elles commandent notamment un contrôle régulier de la température du foin pendant au moins six semaines après l’engrangement, et l’obligation d’appeler les pompiers si la température dépasse les 70 degrés. \jpi

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.