Un ancien couple face à la justice pour trafic de drogue

Bâtiment du Tribunal Jura bernois - Seeland à Bienne Zoom sur « Bâtiment du Tribunal Jura bernois - Seeland à Bienne » (touche ESC pour fermer)
L'affaire est jugée au tribunal de Bienne (archives)

Une affaire de trafic de drogues et de blanchiment d’argent occupe depuis mardi le Tribunal de Bienne. Les deux prévenus doivent répondre d’infraction grave à la loi fédérale sur les stupéfiants. Le ministère public reproche à cet ancien couple d’avoir entretenu une activité dans le cadre d’un vaste réseau international de trafiquants de drogues. Ils sont accusés d’avoir transporté, importé, acquis, possédé et mis en circulation entre 9 et 12 kilos de mélange de cocaïne. Les faits remontent au premier semestre 2014. Ils se sont déroulés principalement à Bienne mais aussi à Neuchâtel ainsi que dans plusieurs grandes villes du pays. Une partie des revenus liés à cette activité était ensuite expédiée vers le Nigeria. 

Retour sur les faits 

Cette ressortissante suisse d’origine congolaise est notamment accusée d’avoir transporté des « mules » à maintes reprises depuis la France vers son appartement dans la cité seelandaise et de livrer des boudins de drogue.  Mais elle a déclaré ne pas avoir eu connaissance de ce qu’elle livrait : «je n’ai jamais vu les paquets ouverts(…) quant aux mules, je savais qu’elles étaient dans le milieu, mais pas de quelle façon ». Elle a fini par exprimer des regrets par rapport à ce qu’il s’est passé  : « je reconnais ma faute, je ne sais comment faire pour la réparer. J’ai cassé la vie que je m’étais construite en Suisse ». 

De son côté, son ancien compagnon, un ressortissant hollandais d’origine nigériane peinait à répondre aux questions posées par le président du tribunal. Il tenait des propos confus, à tel point que parfois même son traducteur ne le comprenait pas. L’homme a toutefois fini par admettre avoir été impliqué dans une affaire de trafic de drogue sans pour autant y avoir participé directement.

Sept et neuf ans et demi de peine privative de liberté

« Il ne conteste pas avoir trafiqué mais minimise son rôle ». C’est ce qu’a déclaré la procureure à propos du prévenu lors de son réquisitoire. Pour le Ministère public du canton de Berne, pas de doute, ce quinquagénaire avait bien un rôle important au sein du réseau de trafiquants. Il organisait et commandait les livraisons de drogue a précisé la procureure : «  il n’est pas le chef du réseau mais il n’est de loin pas en bas de l’échelle ». En cause, la confiance et la quantité d’argent et de drogue qui lui étaient confiés. L’accusation a demandé 9 ans et demi de peine privative de liberté pour le prévenu, et 7 ans pour son ancienne petite amie.

Plus de 8 kilos de cocaïne pure

Ce qui est frappant et grave dans cette affaire selon la procureure c’est la quantité de drogue impliquée. L’homme aurait trafiqué 4.8 kg de cocaïne pure contre 4.04 kg pour son ancienne compagne et ce en un peu plus de  4 mois seulement. Le couple ne livrait toutefois pas la drogue aux consommateurs finaux mais à des intermédiaires qui allaient encore recouper la poudre. La procureure ainsi que le président du tribunal ont relevé qu’il s’agissait avant tout d’une grave mise en danger de la santé publique, au vu de la quantité de consommateurs potentiels.

Sanction moins lourde pour la défense

Les avocats des prévenus souhaitent obtenir une peine moins lourde. La défense a demandé  4 ans de peine privative de liberté pour la prévenue et trois ans et quatre mois pour le quinquagénaire. Le verdict sera rendu mercredi à 17 heures.  /anl

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.