La Commission des arts visuels mise sur la relève

Hannah Külling (à droite), responsable de la collection et Sybille Thomke, présidente de la Commission des arts visuels de la ville de Bienne. Zoom sur « Hannah Külling (à droite), responsable de la collection et Sybille Thomke, présidente de la Commission des arts visuels de la ville de Bienne. » (touche ESC pour fermer)
Hannah Külling (à droite), responsable de la collection et Sybille Thomke, présidente de la Commission des arts visuels de la ville de Bienne posent avec la dernière acquisition faite par la ville.

Renforcer l’achat d’œuvres de jeunes talents régionaux, et principalement biennois, c’est l’un des points forts de la nouvelle stratégie des Commissions des arts visuels de la ville de Bienne. Elle a été présentée jeudi dans la cité seelandaise. Le deuxième aspect vise à développer la collection déjà existante en ayant pour base les précédentes acquisitions. Selon Cédric Némitz, le directeur de la culture, l’idée st d’améliorer la qualité générale des achats et la mise en valeur de la qualité de la collection et des artistes biennois.  

Pari régional

La volonté de la commission de miser sur des artistes régionaux et principalement biennois se heurte à quelques limitations : « le marché étant très petit, nous nous voyons dans l’obligation de nous ouvrir et de continuer à suivre les artistes biennois même lorsqu’ils quittent la région », a déclaré Sybille Thomke. Dès lors il devient difficile de définir ce qu’un est talent biennois. Par ailleurs, à la règle du pari local s’ajoutent de nombreuses exceptions : « nous nous autorisons des achats dans le cadre d’événements qui se déroulent à Bienne. Il en va de même pour les œuvres en lien avec la ville mais qui ne sont pas le fruit d’artistes locaux. « Des exceptions sont possibles si la culture biennoise le permet » a indiqué Cédric Némitz.

L’art et la politique

Le budget annuel destiné à l’achat d’œuvres d’art par la Commission des arts visuels de la ville de Bienne se monte à 100’000  francs. Le montant est jugé trop élevé par la conseillère de ville UDC Sandra Schneider. Elle a déposé un postulat au Conseil de ville à ce sujet afin de réduire l’enveloppe à 20 mille francs. La question sera traitée lors de la prochaine séance du législatif. De son côté, le conseil Muncipal a déjà formulé sa réponse. Il  propose de l’adopter et de le considérer comme déjà réalisé. Le Conseil municipal affirme par ailleurs que suite à la nouvelle stratégie en matière de collection les achats d’œuvres d’artistes non issus de la région ont été supprimés. /anl

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.