« Le mobile était égoïste et la présence de l’appât du gain évidente »

Tribunal du Jura bernois - Seeland à Bienne Zoom sur « Tribunal du Jura bernois - Seeland à Bienne » (touche ESC pour fermer)
Tribunal du Jura bernois - Seeland à Bienne

Le couple de trafiquant de drogues qui comparaissait depuis mardi devant le Tribunal de Bienne , notamment, pour infraction grave à la loi sur les stupéfiants a été reconnu coupable. Il transportait des mules depuis la France dans l’appartement de la prévenue à Bienne puis organisait et livrait de la drogue un peu partout en Suisse. L’homme écope de neuf ans et demi de prison ferme. La prévenu, de son côté, a été condamnée à passer sept ans derrière les barreaux. La justice a rendu son verdict mercredi en fin d’après-midi.

Des peines similaires à celles demandées
La sanction prononcée correspond à celle demandée par le Ministère public. Les cinq juges ont conclu à l’unanimité que les deux prévenus sont coupables. Maurice Paronitti, le président du Tribunal a affirmé d’une part que leurs déclarations n’étaient pas crédibles, en cause, une grande quantité de réponses évasives, des propos contradictoires ainsi qu’une amnésie sélective. D’autre part, le rapport du Ministère public du canton de Berne a été jugé convaincant par la qualité des preuves.

Un rôle bien précis
Le tribunal indique que l’homme était plus impliqué dans le réseau que ce qu’il ne prétend et sa position était importante voire centrale : « il était à l’évidence en contact avec une structure pyramidale et cloisonnée (…) alors que face à la justice il jouait le rôle de la personne non concernée par les faits ».

Aucune pression
Quant à la participation de la femme, celle-ci était volontaire et consentante puisqu’elle mettait à disposition sa voiture, son appartement et son temps contre rémunération, estiment les juges : « elle faisait ça pour l’argent car elle touchait une commission ».  

Lumière sur un trafic de grande importance
L’enquête a par ailleurs révélé l’organisation d’un système très professionnel avec des ramifications à l’international. Selon Maurice Paronitti, la grande quantité de drogue manipulée par ces deux individus n’aurait jamais pu être articulée ailleurs que dans le cadre d’un trafic bien rodé: « le mobile était égoïste et la présence de l’appât du gain évidente » a-t-il déclaré. Le président du tribunal a finalement rappelé que cette affaire a porté préjudice à la société ainsi qu’à la santé des tiers. La quantité en jeu est susceptible de mettre en danger 300 personnes.

Les deux individus ont dix jours pour faire appel de leur sentence. Le temps passé déjà passé en sera déduit de la peine à purger. /anl

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.