Le législatif et l’exécutif ne se sont pas entendus

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
photo: archives

Le Conseil de Ville de Moutier a voté à trois reprises contre l’avis du Conseil municipal lundi soir. Les motions demandant l’augmentation du nombre de signatures nécessaires pour le dépôt d’une candidature à la fonction de maire et la pose d’une webcam sur la ville ont été refusées. La participation financière de la commune visant à diminuer les frais dentaires pour les travailleurs pauvres a passé la rampe. L’exécutif souhaitait l’inverse dans ses réponses.

La population prévôtoise ne devra donc pas se prononcer sur les critères de validité pour le dépôt d’une candidature à la fonction de maire. Une motion du Ralliement des Prévôtois jurassiens a été refusée par 25 « non » contre 6 « oui ». Le texte demandait de passer de 10 signatures actuelles à 30. « Une augmentation qui n’est pas assez significative », selon le PSA Valentin Zuber. Un autre autonomiste, Pierre Sauvain, s’est posé la question de savoir « pourquoi restreindre des vocations alors que de moins en moins de personnes s’engagent en politique ? ». Le Conseil municipal demandait d’accepter cette motion.

La cité prévôtoise ne pourra pas être visionnée depuis les ordinateurs et les téléphones portables. La motion du Parti démocrate-chrétien demandant la pose d’une webcam avec vue sur la ville de Moutier a été rejetée par 23 voix contre 14. Le prix de 16'200 francs pour l’installation ainsi que les 1'000 francs par année d’entretien ont clairement fait pencher la balance du côté du refus. L’UDC Patrick Tobler a trouvé « l’idée bonne mais trop chère », le PLR Patrick Roethlisberger a pensé que « le montant était exagéré pour voir la météo à Moutier » et le PSA Pierre Sauvain a rappelé « qu’il manquait 15'000 francs au groupe qui aimerait construire en skate-park et que ce lieu aurait plus de retombées positives qu’une webcam ». Le Conseil municipal demandait d’accepter cette motion.

La commune devra s’atteler à diminuer les coûts des frais dentaires pour les travailleurs pauvres, appelés aussi « working poor ». La motion du Parti socialiste autonome a été acceptée par 15 levées de main contre 9. Le Conseil municipal demandait de rejeter ce texte pour des raisons économiques. L’autonomiste Karim Bortolussi a rappelé « que cette aide financière ne toucherait pas toute la population, mais seulement celle qui est dans le besoin ». Il a également exposé quelques chiffres qui ont certainement convaincu le législatif prévôtois : « en 2014, un maximum de 42 adultes auraient pu avoir droit à des diminutions de frais dentaires à Moutier ; 35 l’année dernière ».

Le prochain Conseil de ville à Moutier se tiendra le lundi 31 octobre 2016. /jeb

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.