Récoltées à l’ancienne, les patates sont meilleures !

Yves Maître sur son attelage à l'ancienne. Zoom sur « Yves Maître sur son attelage à l'ancienne. » (touche ESC pour fermer)
Yves Maître sur son attelage à l'ancienne.

Récolter les pommes de terre à cheval, une image d'autrefois remise au goût du jour ce week-end du côté de Saint-Brais. A la ferme des Rottes dans les Franches-Montagnes, un agriculteur, Yves Maître, a organisé ce samedi sa première fête de la patate. Un événement pour mettre à l'honneur la récolte à l'ancienne.

Un petit attelage avec deux roues en fer, une bêche, une sorte de tourniquet à l’arrière et un siège pas douillet du tout... Yves Maître a ressorti comme il l’appelle une vieillerie qu’il fait tirer par deux juments. « Il y a une bêche qui passe sur la motte où sont plantées les patates et avec le tourniquet derrière elles sont éjectées sur le côté. Il n’y a plus qu’à les ramasser... mais à la main bien sûr ! », sourit celui qui, sous les yeux d’un public curieux, revit avec nostalgie ce retour aux racines du métier. « C’est des souvenirs d’enfance et c’est aussi pour ça que j’ai eu envie de replanter des pommes de terre, justement pour revivre ces moments en famille à ramasser les patates où chacun raconte son histoire. C’est une toute autre ambiance que de passer avec une machine et tout est fait en une heure. », raconte l’agriculteur des Rottes.

La bêche et le tourniquet à l'arrière se chargent d'extraires les patates du sol. Zoom sur « La bêche et le tourniquet à l'arrière se chargent d'extraires les patates du sol. » (touche ESC pour fermer)
La bêche et le tourniquet à l'arrière se chargent d'extraire les patates du sol.

Une fois les pommes de terre sorties de terre par cette drôle de carriole, c’est au tour des enfants de s’en donner à cœur joie. Venus pour l’occasion avec leurs parents, les bambins chaussés de bottes slaloment dans les tranchées fraîchement ouvertes pour mettre quelques précieuses patates dans leurs sacs. « Ca lui montre comment faisait ses grands-parents pour récolter les pommes de terre », explique Isabelle, maman d’une petite Noémie. « Ca a bien changé ! On n’est pas dans le monde de l’agriculture donc nos enfants ne savent pas vraiment comment ça se passe. Là ça évoque ce que mes parents ont vécu car ma maman a habité une ferme juste à côté. Donc on est venu montrer aux filles comme c’était ! », poursuit Isabelle.

Henri, 77 ans, s'est remémoré de bons et vieux souvenirs

D’autres sont venus pour réveiller de vieux souvenirs. Au bord du champ, Dominique, 65 ans, observe ce va et vient avec attention. Récolter les pommes des terres, c’est toute une partie de sa jeunesse. « J’ai travaillé avec ça aussi. On faisait tout avec les chevaux à l’époque, pourtant ce n’est pas vieux (NDLR cette méthode a disparu avec l'arrivée du tracteur au milieu des années 1960). C’est beau de montrer aux enfants comment on travaillait. Il y a un peu de nostalgie... mais le progrès c’est quand même mieux. », lâche Dominique. Un avis que ne partage pas forcément le propriétaire des lieux, Yves Maître. Pour lui, le progrès n’a pas le charme d’antan. Il va même jusqu’à dire que les patates récoltées à l’ancienne, c’est meilleur ! « Oui je le crois, j’ai déjà essayé ! On les apprécie beaucoup plus parce que derrière, il y a toute une histoire. On les a plantés avec nos chevaux, les buttes doivent être droite, peut-être qu’on aura été freiné par un orage... alors qu’avec une machine tout aurait été fait en quelques minutes. Et quand on plante la fourchette dans la patate, on y pense ! Pas qu’à ça évidemment, mais ça en fait partie. », souffle Yves Maître. En plus, ses pommes de terre sont « bio ». Une manière de concilier les méthodes du passé avec les tendances du présent. /jpi

Réécoutez le reportage de Jérémie Pignard

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.