Gens du voyage : employés désemparés à Reconvilier

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Une vingtaine de caravanes sont installées depuis 10 jours sur l'aire de repos de l'autoroute à Reconvilier.

L’aire de repos de l’autoroute à Reconvilier retrouve peu à peu sa tranquillité. Les gens du voyage français installés depuis 10 jours sur le parking sont en train de s’en aller progressivement. Un soulagement pour les personnes chargées de l’entretien des lieux. L’infrastructure n’est pas prévue pour que de nombreuses personnes vivent dans cet endroit. Et le groupe établi depuis une semaine compte environ 100 membres, dont de nombreux enfants.

La présence d’autant de gens 24h sur 24h produit beaucoup de déchets et de saletés. Les gens du voyage ont payé pour une benne, mais elle déborde actuellement. Et aucun règlement ou base légale ne permet de leur faire payer une taxe pour les nettoyages supplémentaires selon Richard Neukomm, responsable exploitation de l’autoroute dans le Jura bernois. "On essaye de passer tous les jours, d'aller mettre un peu la pression, mais ça ne change rien", affirme-t-il.

Sanitaires inadaptés

L'entreprise AM nettoyages, mandatée pour maintenir propres les sanitaires de l'aire de repos, passe trois fois par semaine. Mais lorsque les gens du voyage sont là, l'employé doit multiplier son temps de travail par quatre. "Ils ne respectent pas les lieux" affirme Joao Marcelino, directeur de l'entreprise. 

L'employé qui travaille sur place estime que ces sanitaires ne sont pas conçus pour une utilisation intensive, comme dans un camping par exemple. Des déchets de cuisine ou de différents travaux bouchent rapidement les conduits. Pour cet employé, c’est comme si un petit village s’installait soudainement sur l’aire d’autoroute.

Besoin urgent d'aires de transit

Les autorités régionales sont souvent désemparées lorsque des convois de caravanes en provenance de l'étranger s'installent, car il existe peu de terrains officiels et adaptés pour ces groupes. Afin de respecter sa Constitution et éviter toute discrimination de certains groupes en fonction de leur mode de vie ou de leur culture, la Suisse doit mettre à disposition davantage d'aires de transit pour les gens du voyage étrangers ainsi que davantage d'aires de séjour et de transit pour les nomades suisses, les Yéniches.

Mais la Confédération et les Cantons peinent à s'entendre et à débloquer les moyens nécessaires pour faire avancer ce dossier. Peu de projets concrets ont abouti ces 10 dernières années. /mvr

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.