Les frères ouïgours se sentent bien dans le Jura

Six mois après leur arrivée dans le Jura, les deux ex-détenus de Guantanamo s’intègrent lentement, mais normalement. Ils se sont présentés à presse lundi matin. Bahtiyar (2e depuis la gauche sur la photo) et Arkin (tout à droite) Mahmut ont tenu, en français, à remercier la Suisse et le Jura pour leur accueil. Ils se sont rapidement sentis les bienvenus, et le contact avec la population jurassienne a tout de suite été chaleureux.

 
Une intégration lente, mais normale
 
Francis Charmillot, directeur de l’Association jurassienne des migrants, raconte que l’arrivée des deux Ouïgours a été compliquée par l’attention médiatique qu’elle a suscité. Au-delà de ce problème, l’intégration se passe normalement, comme pour d’autres migrants. Difficilement, mais avec application, les deux frères apprennent actuellement le français à raison de quatre leçons par semaine. Ils sont de plus en plus autonomes, et gèrent par exemple leur budget. Francis Charmillot précise qu’ils avaient tout à apprendre. A leur arrivée, ils n’avaient jamais vu un store ou un micro-ondes par exemple. L’apprentissage de la circulation routière a été un autre défi: on avait oublié de leur dire que l’autoroute n’était pas empruntable à vélo. L’un d’eux s’est fait arrêter entre Delémont et Courrendlin…
 
 
Quelques difficultés, mais rien d’insurmontable
 
Outre la langue, la solitude est une des difficultés qu’ils rencontrent. Ils s’épaulent l’un l’autre, et sont régulièrement en contact téléphonique avec leur famille. Mais ils manquent encore de pratique du français pour pouvoir bien interagir avec les Jurassiens. L’absence d’une mosquée suffisamment grande pour pratiquer leur religion est aussi problématique. Francis Charmillot précise que les deux frères sont musulmans, mais qu’ils ont une pratique tout à fait modérée de leur croyance.
 
 
Un avenir en Suisse
 
Il est encore tôt pour définir le rôle exact que joueront Bahtiyar et Arkin Mahmut dans la société. Ils veulent d’abord consolider leur apprentissage du français, avant de suivre une formation professionnelle adaptée à leurs connaissances et compétences. L’objectif étant l’autonomie financière. /cad
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.