Le collectif Bonfol brandit le spectre de la contamination

Le Collectif Bonfol a publié jeudi matin toute une série de vidéos de l’explosion qui s’est déroulée dans la décharge le 7 juillet 2010. Le collectif s’étonne de la présence d’un nuage de poussières soulevé par l’explosion, qui se serait dirigé ensuite vers le village. Selon le collectif, personne ne connaît la nature et l’intensité de la contamination subie par un travailleur, le personnel hospitalier de Porrentruy et l’environnement.
 
Toujours selon le Collectif Bonfol, ces vidéos démontrent une réaction inadéquate des employés de la chimie bâloise, la bci, suite à l’explosion. Au lieu de se rassembler à l’entrée du site, comme prévu dans les plans d’urgence, ils ont pour la plupart couru en direction du lieu de l’explosion.
 
Sur cette base, le Collectif Bonfol demande à la BCI de rendre des comptes. Des garanties en matière de sécurité et en cas de nouveau nuage de poussières sont également exigées.
 
 
La chimie bâloise nie avoir caché ces enregistrements
 
Dans un communiqué publié jeudi après-midi, la BCI justifie la non-publication de ces vidéos. Elles ont été mises à disposition de la police cantonale jurassienne, de la police scientifique de Zürich ainsi que des autorités jurassiennes compétentes le soir du 7 juillet 2010. Pour la chimie bâloise, "il est d’usage de ne pas rendre publiques durant la phase d’investigation des éléments et des informations pouvant contribuer à élucider un évènement".
 
La BCI ajoute que des analyses ont bien été faites en quatre endroits, suite au passage du nuage de poussières. Aucun impact n’a été décelé.
 
 
Rien de neuf pour les autorités jurassiennes
 
Selon le ministre de l’environnement, ces images n’amènent rien de nouveau au dossier. Le Gouvernement jurassien était au courant de ces dysfonctionnements et de la présence du nuage. Philippe Receveur précise que des analyses ont été faites, sans révéler de risque sanitaire.
 
Aujourd’hui, des conclusions ont été tirées de cet accident. Selon le ministre de l’environnement, même si le "risque zéro" n’existe pas, toutes les garanties ont été fournies par la chimie bâloise pour pouvoir reprendre sereinement les travaux d’assainissement. /cad
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.