L'image du Jura écornée par une tempête médiatique

L’association du personnel du canton du Jura se dit choquée aujourd’hui de la publication dans certains journaux des portraits des collaborateurs de l’Etat pincés en lien avec l’affaire des sites pornos. La cavalcade médiatique va trop loin selon l’APJU. Certains fonctionnaires sont par ailleurs pris à partie par des citoyens dans leur travail quotidien.
 
Pour le vice-président de l’Association du personnel du canton du Jura, Jean-Marc Scherrer, les gens sont choqués. Comme il nous l’a expliqué, il y a déjà eu plusieurs affaires qui ont entaché la réputation du fonctionnaire jurassien. «La grande majorité n’ayant rien à se reprocher, ils se retrouvent aujourd’hui très mal à l’aise; ils comprennent la réaction de la population, mais ils voudraient faire comprendre qu’ils font quant à eux leur travail correctement» poursuit le vice-président de l’APJU.
L’association ne reproche rien au Gouvernement au sujet de la manière dont il a géré cette affaire, elle estime en revanche que les medias ont enflé les choses. Pour Jean-Marc Scherrer, ça donne une ampleur à l’affaire qui n’est pas justifiée.
 
Un climat délétère dans le Jura
 
Les rumeurs et délations de tout genre enflent depuis plusieurs mois. Exemple concret avec les prétendues informations selon lesquelles le commandant de la police jurassienne se serait fait pincé à la douane avec 150 bouteilles de vin. Cette rumeur fait les gorges chaudes d’une partie de la République depuis le début de l’année et elle est déjà arrivée aux oreilles des plus hautes sphères de l‘Etat jurassien. Le nombre de bouteilles diffère selon les versions tout comme le lieu de l’interpellation, Boncourt ou Bâle.
 
Selon des informations collectées auprès des douanes suisses, tout cela est faux et a été inventé de toute pièce par on ne sait qui. Cette rumeur est pourtant tellement persistante aujourd’hui qu’Henri-Joseph Theubet a délié officiellement les autorités douanières de leur secret de fonction.
 
En clair, le commandant de la police prie l’administration des douanes de bien vouloir procéder aux contrôles les plus approfondis s’agissant d’une éventuelle procédure de contrebande à son sujet. La douane devra ensuite confirmer au Ministre de la police Charles Juillard qu’Henri-Joseph Theubet n’a jamais été interpellé par les garde-frontières et qu’aucune procédure n’a été ouverte à son encontre.
 
C’est paradoxal, mais révélateur d’une ambiance délétère qui règne dans le Jura depuis un certain temps. C’est aujourd’hui à la personne soupçonnée d’avoir commis une infraction de prouver qu’elle ne l’a pas réalisée afin que la rumeur s’éteigne d’elle-même.
 
Un appel au calme
 
L’ambiance se fait donc malsaine dans un canton en ébullition : certains en appellent aujourd’hui à un retour au calme, tant que l’enquête interne à l’administration jurassienne suit son cours. /gk + lb
 
Le commentaire de Gaël Klein:
 
A qui profite le crime a-t-on envie, aujourd’hui, de se demander? Sûrement pas à l’image du canton et de la fonction publique assurément, mais pas non plus à celle d’une partie de la population prête à clouer au pilori des employés de l’Etat, qu’ils soient simples fonctionnaires, policiers, magistrats, enseignants ou je ne sais qui encore, la liste pourrait être longue.
 
Une certaine presse s’est aussi emparée de l’affaire alors que jusqu’à droit connu les personnes concernées ne sont pas punissables sur le plan pénal. L’analyse des disques durs des ordinateurs n’a fait que débuter, tout le reste est pure conjecture. Une chasse aux sorcières n’est pas la solution.
 
On fait aujourd’hui de ces fonctionnaires des pestiférés. Ce ne sont que des imbéciles qui auraient bien dû se douter qu’un jour ou l’autre ils se feraient pincer. Ils ont fait preuve d’une naïveté crasse qui a pourtant la triste conséquence de trainer dans la boue l’ensemble de la fonction publique et d’entrainer en même temps dans son sillage l’ensemble des institutions de l’Etat.
Pour mémoire pourtant, un ministre de la police s’était fait pincer il y a plusieurs années pour excès de vitesse, il avait dû rendre son permis de conduire et il avait pourtant été réélu sans problème.
 
Aujourd’hui la morale a bon dos.
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.