Les éleveurs de chevaux grincent des dents

Les éleveurs de chevaux n’auront plus le droit d’utiliser du fil de fer barbelé pour leurs enclos. Une nouvelle ordonnance fédérale sur la protection des animaux exige le remplacement de ce type de clôture d’ici au 1er septembre.
 
Une mesure difficile à appliquer
 
Pour la commune de Lajoux, par exemple, cette nouvelle norme semble difficile à appliquer. Le syndicat d’exploitation des pâturages a donc demandé une dérogation au canton. Pour Gaby Rais, éleveur de chevaux au Bémont, le remplacement des fils de fer barbelé représente aussi un immense travail.
 
Selon lui, la seule solution est d’utiliser des barrières électriques, sans quoi les chevaux risquent de s’échapper, avec tous les dangers que cela comporte. Mais les barrières électriques ont aussi des inconvénients. Elles effrayent les chevaux et peuvent faire tomber les cavaliers. Un mauvais point pour le tourisme équestre.
 
Protéger les chevaux
 
Le but de l’ordonnance est de protéger les chevaux pour éviter qu’ils ne se blessent contre les barbelés. Pierre Berthold est vétérinaire et président de la Fédération Jurassienne d’Elevage Chevalin. Il reconnait que, dans certains cas, ce genre de barrière peut être dangereux pour les chevaux.
 
Mais pour lui, cette nouvelle ordonnance est inapplicable dans notre région. Pire, elle peut être en contradiction avec la protection des chevaux puisque certains propriétaires de pâturage risquent de ne plus les accepter. /sbo
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.