La FSFM fait un geste en direction des défenseurs de la race pure

Pas encore de solution définitive pour l’intégration d’une race pure au sein de la FSFM. Mais l’assemblée ordinaire des délégués de la Fédération suisse d’élevage du cheval de la race des Franches-Montagnes s’est résolument engagée dans l’élaboration d’une solution en adoptant une décision de principe.
 
Pas moins de 125 délégués assistaient ce mercredi près de Soleure à cette assemblée générale qui s’est déroulée dans une ambiance plutôt constructive. Les délégués ont aussi approuvé à l’unanimité une résolution adressée au Conseil fédéral et qui s’oppose à la fermeture du haras national à fin 2011.
 
Une situation difficile pour l’agriculture
 
Lors de l'ouverture de l’assemblée, le président de la FSFM, Bernard Beuret a d’abord souligné les temps difficiles que vit aujourd’hui l’agriculture. Il a rappelé que les partenaires de la filière laitière n’ont pas réussi à mettre en œuvre un système de régulation du marché. A la clef, une perte annuelle équivalente à un demi-milliard de francs pour les producteurs.
 
Le plus difficile reste à faire pour la Confédération estime Bernard Beuret. La Berne fédérale devra déterminer quelle politique agricole appliquer en prenant en compte ou pas d’éventuels accords commerciaux avec l’étranger. Pour le président de la FSFM, il est vivement souhaitable que la Confédération réussisse cette opération avec succès.
 
Une bonne année, mais tout de même quelques soucis
 
Sur le front de l’élevage du cheval de la race des Franches-Montagnes, l’année 2009 aura été une bonne cuvée a expliqué Bernard Beuret, la performance de l’élevage continue de progresser et les prix obtenus sont plutôt à la hausse. Les nombreuses manifestations régionales ont connu un réel succès.
 
En revanche, la récente suppression de la contribution à l’exportation et les taxes prélevées à l’étranger posent de gros problèmes. Les taxes se sont élevées par exemple à 2'000 francs par cheval lors du dernier Salon qui s’est déroulé à Paris. Autre souci, l’interdiction qui est faite désormais aux éleveurs d’utiliser des fils barbelés.
 
Enfin le début de l’année 2010 aura évidemment été marqué par l’annonce de ses mesures d’économies et de la fermeture éventuelle du haras national d’Avenches.
 
Vers une solution pour l’accueil d’une race pure
 
Après le rejet en avril 2008 de l’intégration des chevaux 0% au sein de la FSFM qui défend le standard de la race Franches-Montagnes, les contacts avaient été repris dès 2009 avec le RRFB (Eidgenössischer Verband des reinrassigen Freiberger Pferdes) qui s’est créé pour défendre une race des chevaux à 0% de sang mêlé.
 
Malgré une séance mise sur pied à l’OFAG en novembre 2009 et la création d’un groupe de travail afin d’aplanir l’ensemble des divergences et définir des modalités de collaboration, aucun consensus global n’a pu encore être trouvé afin de sauvegarder un patrimoine génétique en évitant de diviser les éleveurs.
 
Comme l’a expliqué le président de la FSFM, la diversité génétique est une question politique très sensible lorsque l’on parle de biodiversité. Elle peut ouvrir des perspectives nouvelles. Bernard Beuret a donc proposé à l’assemblée de se prononcer sur une déclaration de principe sur l’intégration de la RRFB au sein de la FSFM. Pour l’instant, les chevaux classés au sein de la RRFB ne pourront pas être intégrés dans le registre généalogique de la FSFM.
 
Lors du vote, la proposition du comité, qui n’a pas suscité de débat, a été acceptée à une large majorité avec une seule opposition. Une bonne chose selon Bernard Beuret pour qui la décision de l’assemblée devrait ouvrir la voie à l’élaboration d’une collaboration durable avec le RRFB qui entend pour sa part continuer à défendre la race originale.
 
Tous les problèmes sont encore loin d’être résolus, mais la décision de l’assemblée a été saluée et qualifiée de sage par la représentante de l’OFAG, Catherine Marguerat, qui assistait aux discussions ce jour à Riedholz. Les représentants du RRFB se sont montrés quant à eux plus réservés sur la suite des opérations.
 
Une résolution pour soutenir le haras national
 
La proposition du Conseil fédéral du 25 février 2010 de fermer le haras national d’Avenches a entrainé de très nombreuses réactions chez les éleveurs, dans le public et dans les medias. La Fédération a déjà pris contact avec plusieurs Etats cantonaux et autres parlementaires fédéraux. Elle soutient aussi la pétition lancée en Suisse centrale. L’objectif est de récolter 30'000 signatures d’ici le mois prochain. La remise de la pétition à Berne aura lieu lors d’une manifestation dont le programme reste encore à définir.
 
Après la procédure de consultation lancée la semaine passée, la FSFM entend prendre position de façon très officielle. Bernard Beuret n’a pas voulu refaire tout le débat ce mercredi, mais a rappelé l’importance de l’élevage chevalin dans le secteur particulier des loisirs, l’objectif doit être selon lui de produire les meilleurs chevaux du monde. Cet objectif ne pourra pas être atteint sans l’appui du haras national qui peut aussi assurer une formation de pointe dans le domaine de l’élevage.
 
A l’unanimité, l’assemblée de la FSFM s’est prononcée en faveur d’une résolution qui s’oppose à la fermeture du haras national à fin 2011. Le texte demande au Conseil fédéral de maintenir un Haras national offrant toutes les prestations nécessaires à un élevage chevalin suisse dynamique et compétitif.
 
A retenir encore que l’assemblée de la FSFM a désigné ce mercredi deux nouveaux juges de race, le Jurassien Pierre-André Froidevaux de Cornol et le Fribourgeois Hugo Piller de Brünisried. /gkl
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.