L'UDC lance le référendum contre la stratégie énergétique 2050

L'UDC lance le référendum contre la stratégie énergétique 2050

Photo: Keystone

L'UDC lance le référendum contre la stratégie énergétique 2050. Le parti a annoncé vendredi sa décision. Il part au combat malgré le refus d'economiesuisse et de l'USAM de se rallier à la démarche. Mais il a le soutien d'autres organisations économiques.

L'UDC a soufflé le chaud et le froid depuis une semaine sur ses intentions. Le comité du parti s'était prononcé en faveur d'un référendum pour autant que l'économie appuie cette démarche. Economiesuisse au printemps, puis le comité directeur de l'Union suisse des arts et métiers (USAM) cette semaine ont annoncé qu'ils ne se lançaient pas dans ce combat.

Soutiens économiques

Mais plusieurs autres organisations ont apporté leur soutien au référendum. On y retrouve l'Association suisse des transports routiers (ASTAG), l'Union des importateurs d'automobiles, la faîtière de l'hôtellerie et de la restauration GastroSuisse, l'Association des machines, des équipements électriques et des métaux (Swissmem), la Fédération suisse de l'industrie des matières plastiques et l'Association nationale des négociants en combustibles.

La stratégie énergétique 2050, qui vise à accompagner la sortie du nucléaire, a été finalisée lors de la session d'automne par le Parlement. La réforme est moins ambitieuse qu'initialement prévu. Les Chambres fédérales ne sont en outre pas allées plus loin que le Conseil fédéral et ont renoncé à fixer un délai pour la fermeture des centrales atomiques.

'Economie planifiée'

L'UDC dénonce de son côté une 'économie planifiée de type socialiste coûtant plus de 200 milliards de francs, hostile à la propriété privée et hautement subventionnée'. Le projet va ouvrir la voie à une multiplication de taxes à charge de la population et des PME. Selon le parti, il en coûtera au minimum 3200 francs de plus par an pour une famille de quatre personnes.

Il dénonce parallèlement une lourde et inefficace machine à subventionner à coups de milliards l'énergie solaire et éolienne. Sans que l'on puisse compenser la production des centrales nucléaires. Pour l'UDC, c'est la porte ouverte à une forte dépendance de l'étranger.

Le parti dénonce aussi une atteinte la protection du climat et du paysage avec l'importation d'énergies fossiles et la multiplication des éoliennes. Et d'affirmer que plusieurs organisations économiques ont été 'achetées' au cours des débats via les subventions à l'hydraulique et aux petits producteurs et les allègements fiscaux pour les propriétaires immobiliers et les grands groupes industriels.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.