Les Neuchâtelois plébiscitent le nouveau projet de RER

Les Neuchâtelois plébiscitent le nouveau projet de RER

Photo: Keystone

Cette fois, les Neuchâtelois sont prêts à se doter d'une ligne ferroviaire directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds. Trois ans après avoir refusé le Transrun, ils ont plébiscité par 84,17% des voix la stratégie Mobilité 2030, qui couvre l'ensemble du canton.

Toutes les communes ont dit clairement oui dimanche en votation populaire. La participation a atteint un bon niveau: 49,15%. Pour le Conseil d'Etat qui a concocté cette stratégie, il était important que les citoyens se déplacent aux urnes en grand nombre.

Ce résultat massif permet au canton de montrer à la Confédération un gros enthousiasme pour les deux importants chantiers demandant des financements fédéraux. La ligne entre le Bas et le Haut du canton et l'évitement routier du Locle et de La Chaux-de-Fonds sont les projets phares du paquet.

Changement d'ambiance

Mobilité 2030 a même emporté l'adhésion d'anciens opposants au Transrun, le précédent projet de RER qui avait déchiré les Neuchâtelois en 2012. Ce dernier avait échoué de justesse en votation.

Beaucoup avaient douté de la nécessité du Transrun et jugé son prix pharaonique (560 millions de francs en déduisant les apports fédéraux). S'y ajoutait une certaine défiance face au gouvernement cantonal de l'époque, qui souffrait d'un manque de crédibilité.

Cinq fois moins cher

Cette fois, la population a été sensible au fait qu'elle paiera moins cher pour la ligne directe: 110 millions de francs. Car l'objectif est que la Confédération accepte de la financer via le Fond d'infrastructure ferroviaire (FIF).

Le chantier est présenté non pas comme une infrastructure nouvelle mais comme de la maintenance, à savoir le remplacement de la vétuste ligne actuelle. La liaison devrait avoir une cadence au quart d'heure et un temps de parcours réduit de moitié, à 14 minutes.

Le canton veut lancer les travaux dès 2020 pour une mise en service en 2030. C'est pourquoi il avancera 900 millions de francs, par tranches, entre 2019 et 2030. Après remboursement fédéral, la somme à charge des Neuchâtelois se limiterait donc aux intérêts.

Les Chambres fédérales se prononceront d'ici à 2019. En cas de refus, l'autorisation de préfinancement deviendra caduque et le projet tombera à l'eau.

Evitement du Locle

Le paquet de projets adopté dimanche inclut aussi l'évitement routier du Locle et de La Chaux-de-Fonds, les villes du haut du canton. Pour ce chantier à 1 milliard de francs, il faut aussi obtenir un financement fédéral, via le fonds routier FORTA.

La population a probablement aussi été séduite par un concept qui est cette fois plus global. Mobilité 2030 comporte une série d'autres travaux ferroviaires et routiers à travers le canton, ainsi qu'un projet de mobilité douce.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.