Les pommes sont souvent chargées d'un cocktail de pesticides

Les pommes sont souvent chargées d'un cocktail de pesticides

Photo: Keystone

Des cocktails de pesticides continuent à être utilisés par les producteurs de pommes dans de nombreux pays européens, y compris en Suisse, affirme mardi Greenpeace dans un rapport. Ces pommes se retrouvent souvent dans la grande distribution.

L'ONG a analysé 85 échantillons - 36 dans l'eau, 49 dans le sol -, prélevés dans les vergers de 12 pays européens parmi les plus gros producteurs de pommes. Greenpeace a ciblé ceux fournissant la grande distribution.

En moyenne, 75% des échantillons (78% pour le sol, 72% pour l'eau) 'contenaient des résidus d'au moins un' des 53 pesticides identifiés. 'Au moins 70% des pesticides identifiés présentent une toxicité globale élevée pour la santé humaine et la faune sauvage', affirme l'organisation écologiste. Greenpeace dénonce ce 'fardeau toxique' imposé par 'la production industrielle'.

Le nombre de pesticides le plus élevé dans les sols a été détecté en Italie, en Belgique et en France. Concernant l'eau, les pesticides sont les plus nombreux en Pologne, en Slovaquie et en Italie, selon le rapport.

Les pesticides les plus fréquemment retrouvés dans les sols sont le boscalid, 'un fongicide présent dans 38% des échantillons', et le DDT (26% des échantillons). Concernant les échantillons d'eau, les pesticides les plus fréquemment identifiés sont le boscalid (dans 40% des prélèvements) et le chlorantraniliprole, un insecticide lui aussi retrouvé dans 40% des échantillons.

Analyses des fleurs inquiétantes

En Suisse, Greenpeace a prélevé treize échantillons dans la région du Lac de Constance: sept de sol et six d'eau. Elle a aussi analysé les fleurs de quatre pommeraies, avec des résultats 'inquiétants'. Tous les prélèvements contenaient six à neuf pesticides ou leurs produits de dégradation, indique l'organisation dans un communiqué.

Les concentrations les plus élevées sont celles du pesticide chlorpyriphos-méthyl et du fongicide Iprodione. Outre des dangers pour la santé humaine, le chlorpyrifos est 'extrêmement nuisible pour les abeilles et d'autres pollinisateurs', souligne Greenpeace.

Usage systématique

Le rapport dénonce ce 'cocktail de pesticides' et 'montre la réalité de l'usage vraiment important, systématique et 'multiproduits' des pesticides dans la production agricole conventionnelle', a déclaré Anaïs Fourest, chargée de campagne agriculture à Greenpeace.

Greenpeace demande aux Etats membres de l'Union européenne de 'mettre progressivement fin à l'utilisation des pesticides chimiques de synthèse dans l'agriculture'. Elle appelle à soutenir les 'alternatives non chimiques pour lutter contre les parasites, en particulier les pratiques agricoles écologiques'.

La publication de ce rapport vise à 'interpeller la grande distribution'. La campagne 'zéro pesticide' récemment lancée par l'ONG en France tente de convaincre les six principales enseignes de la distribution française de soutenir les agriculteurs s'engageant à produire sans pesticides.

Des résidus de pesticides sont présents dans près de la moitié des denrées consommées en Europe, mais pour la plupart dans les limites légales. Elles sont 'probablement sans effet sur la santé', a assuré en mars l'Autorité européenne de sécurité des aliments. Les pommes figurent parmi les fruits les plus chargés en résidus.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.