Les sociétés suisses stagnent en matière de gouvernance

Les sociétés suisses stagnent en matière de gouvernance

Photo: Keystone

L'initiative Minder a contribué à freiner les salaires excessifs et a encouragé les actionnaires à faire un usage actif de leurs droits de vote. Mais la gouvernance d'entreprise ne s'est pas améliorée, estime ZRating.

Ainsi, le score global de gouvernance d'entreprise des 165 sociétés évaluées, cotées à la Bourse suisse, est passé de 68 points l'an dernier à 67 points cette année. Selon la société spécialisée dans les services aux actionnaires ZRating, cette stagnation est due à une absence de progrès dans les principes de base d'une bonne gouvernance.

'Il existe différents chantiers en matière de gouvernance d'entreprise', a déclaré mardi devant les médias à Zurich Michael Otte, directeur de ZRating. Parmi eux, figure notamment la persistance de droits spéciaux pour certains actionnaires. Peu de progrès ont donc été réalisés pour que lors des assemblées générales, une action soit équivalente à une voix.

Encore trop de privilèges

Comme l'exemple Sika l'a récemment montré, les droits des actionnaires peuvent encore être massivement restreints par des clauses d'opting-out, des restrictions d'inscription ou de vote, ainsi que par la distinction entre actions au porteur et nominatives, a déclaré Michael Otte.

ZRating juge en revanche positivement les effets de l'initiative Minder contre les rémunérations abusives. Celle-ci a nettement amélioré la situation, en freinant les rémunérations excessives et en permettant d'accroître la présence des actionnaires.

En comparaison avec l'année précédente, la rémunération moyenne des membres de conseils d'administration a ainsi diminué. La hausse modeste de rémunération des membres de la direction s'explique selon ZRating par les développements boursiers, qui ont tiré à la hausse la valeur des actions attribuées.

Grâce à l'obligation de vote pour les caisses de pension, l'initiative Minder a également incité les actionnaires à faire un usage actif de leurs droits de vote. Ainsi, cette année, 60% des droits de vote ont été représentés dans les sociétés du SMI et 64% dans celles du SPI. Par rapport à 2010, le taux de participation s'est amélioré de 8%.

Le modèle Forbo

Dans le classement ZRating des entreprises exemplaires, figure notamment le spécialiste zougois de revêtements de sols et bandes en matière plastique Forbo. D'autres entreprises, comme le spécialiste saint-gallois des techniques sanitaires Geberit, le groupe de solutions pour la communication Ascom et le groupe alimentaire zurichois Orior ont fait pratiquement aussi bien.

En queue de peloton, figurent entre autres la société de courtage lausannoise Compagnie Financière Tradition, la société de participations genevoise Pargesa, le spécialiste bâlois des boutiques hors taxe Dufry, le chocolatier zurichois Lindt & Sprüngli et le fabricant lucernois d'ascenseurs et d'escaliers roulants Schindler. Toutes ces entreprises ne remplissent qu'insuffisamment les normes de gouvernance de ZRating.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.