Libre-échange: Berne et New Delhi veulent relancer la discussion

Libre-échange: Berne et New Delhi vont relancer la discussion

Photo: Keystone

Suisse et Inde vont reprendre les discussions sur un accord de libre-échange dès la fin de la semaine. Le président de la Confédération a finalisé la relance du processus lundi à Genève avec le premier ministre indien.

Narendra Modi 'a accepté d'entrer dans de nouvelles discussions', a affirmé devant la presse Johann Schneider-Ammann, au terme de sa rencontre avec lui. Négociatrice en cheffe pour l'Association européenne de libre-échange (AELE) sur ce dossier, la secrétaire d'Etat à l'économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch se rendra à la fin de la semaine à New Delhi.

Elle doit établir avec son homologue indien un programme pour les prochains mois. M. Schneider-Ammann s'est dit 'plutôt' optimiste sur la possibilité de trouver un compromis pour renforcer l'accès au marché et la garantie de conditions durables. Les négociations sont bloquées depuis fin 2013 en raison de l'exigence de l'industrie pharmaceutique suisse de dispositions sur la protection intellectuelle.

Pas de changement, les entreprises suisses 'demandent des standards ambitieux', a affirmé le président de la Confédération qui s'était rendu en Inde en 2015. Le chef du gouvernement indien est lui toutefois très intéressé à cet accord avec l'AELE. La nouvelle loi indienne sur la propriété intellectuelle a contribué à cette possibilité de relancer les discussions.

Energie et questions fiscales

La question du libre-échange a aussi été largement discutée lors d'une table ronde entre les deux dirigeants et près d'une vingtaine de représentants de l'économie suisse. Autre thématique importante, l'Inde demande un échange automatique d'informations en matière fiscale.

Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jacques de Watteville doit se rendre en Inde la semaine prochaine. M. Modi souhaite un tel 'échange pour traduire en justice' les responsables d'évasion fiscale. La Suisse coopère avec l'Inde, a affirmé le président de la Confédération.

New Delhi attend aussi un soutien sur un autre front, celui du nucléaire. M. Schneider-Ammann a promis l'aide suisse pour que l'Inde devienne membre du Groupe des fournisseurs nucléaires dont la Suisse fait partie.

M. Modi souhaite par ailleurs appliquer la formation suisse aux besoins de l'Inde. Devant les participants à la table ronde de l'économie, il a souligné cette volonté de renforcer les compétences des Indiens.

Karrer ou encore Bulcke

Mais aussi sa priorité d'améliorer les transports et les routes, d'apporter l'électricité partout en Inde et de lancer 50 millions de logements abordables. Il a appelé les entreprises suisses à investir dans les énergies renouvelables en Inde. Il souhaite qu'elles contribuent davantage à l'économie qui avance le plus dans le monde, selon lui.

Parmi les participants à la table ronde de l'économie figuraient notamment le président de l'Association suisse des banquiers (ASB) Patrick Odier et celui de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) Jean-Daniel Pasche.

Le président d'economiesuisse Heinz Karrer et le patron de Nestlé Paul Bulcke étaient également présents. Le géant alimentaire avait été confronté à un scandale en Inde. Il avait dû retirer des rayons des nouilles. Il a depuis regagné des parts de marché, mais les résultats sont restés affectés par des comparatifs défavorables.

M. Modi était à Genève entre un voyage au Qatar et un déplacement aux Etats-Unis, où il doit s'exprimer devant le Congrès. Les investissements suisses dans son pays atteignent 4,5 milliards de francs. Quelque 250 entreprises suisses emploient plus de 100'000 Indiens.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.