Licenciements à l'Interprofession du Valais

Les quatre employés de l'Interprofession des fruits et légumes du Valais (IFELV) seront licenciés à la fin 2016. Des raisons financières sont avancées par le comité. Le directeur et son staff se sentent 'bafoués'.

Les quatre collaborateurs, dont le directeur, ont reçu leur lettre de licenciement au début du mois de juin. La mesure est 'forte et dure' mais nécessaire, a estimé Yannick Buttet, président de l'IFELV, mardi sur les ondes de Rhône FM.

Selon le conseiller national PDC valaisan, la situation financière de l'interprofession 's'est péjorée ces dernières années'. Il s'agit aujourd'hui d''anticiper les prochains exercices'.

'Un énorme choc'

'L'annonce des licenciements a été un énorme choc. Nous ne nous attendions pas à cela', a indiqué mercredi à l'ats Hubert Zufferey, directeur de l'IFELV.

Il assure que le budget 2017 de l'IFELV 'est équilibré. Il s'élève à 1,6 million de francs, contre 2 millions environ les deux années précédentes'.

Quant à la masse salariale, elle était selon lui en passe d'être adaptée, grâce notamment aux efforts des collaborateurs tous prêts à diminuer leur temps de travail. 'Mais je n'ai pas pu présenter ces mesures avant de recevoir ma lettre de licenciement. Le comité en a pris connaissance le 22 juin. Le personnel se sent bafoué', déplore Hubert Zufferey.

Enquête auprès des membres

Un questionnaire a été envoyé aux quelque 270 membres de l'IFELV afin de cerner leurs attentes et leurs besoins. Cela doit permettre d'évaluer les tâches qui peuvent ou doivent être assumées par l'interprofession dès l'année prochaine, poursuit Yannick Buttet.

A la lumière des résultats de l'enquête, ainsi que des propositions de la direction et du comité, rien ne sera exclu: réengagement des employés, réduction d'horaire, voire même disparition de l'IFELV.

Importance de l'IFELV

'Avoir une interprofession pour avoir une interprofession n'a aucun sens. Elle doit être au service des producteurs et des commerçants et apporter une plus-value au canton', souligne Yannick Buttet. Le conseiller national est toutefois personnellement positif et persuadé de l'importance de l'IFELV pour la défense de l'économie fruitière et maraîchère valaisanne.

'Nous attendons des précisions du comité sur notre avenir après le 18 juillet. Ce n'est pas évident pour l'équipe de rester motivée jusqu'à la fin de l'année dans ces conditions, souligne Hubert Zufferey.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.