Médias: dix personnes licenciées au « Temps », cinq à « Edelweiss »

Le groupe Ringier a licencié dix collaborateurs du 'Temps'. Suite à une proposition de la Société des rédacteurs et du personnel (SRP) du quotidien, ces départs s'effectuent sur une base volontaire. Cinq collaborateurs d''Edelweiss' ont également été remerciés.

'On a trouvé un bon arrangement', a indiqué Daniel Pillard, directeur de Ringier Romandie jeudi à l'ats. 'Lundi, nous avons informé la SRP de notre projet de licencier huit personnes, soit 7,3 équivalents temps pleins (ETP). Ils ont réagi en nous proposant une liste de dix personnes, prêtes à un licenciement volontaire. soit 8,8 ETP'.

'On a accepté le principe de substituer cette liste à la nôtre, pour autant que la production du journal ne soit pas entravée et que le nombre de départs ne dépasse pas dix. Au final, ils sont bien répartis, le journal pourra se faire', a relevé Daniel Pillard.

'Un coût immense'

La société des rédacteurs du 'Temps' ne partage pas cet optimisme. Contacté par l'ats, un de ses membres déplore un coût immense pour la rédaction et s'inquiète pour le rythme de travail ainsi que pour la qualité de la production du journal.

Il salue néanmoins l'effort de Ringier Romandie d'être entré en matière sur la mise sur pied d'un 'guichet de candidatures au licenciement'. 'C'est la solution du moins pire', selon ce journaliste. Sur les dix collaborateurs remerciés, il y aurait huit rédacteurs.

Nouveaux collaborateurs

Interrogé sur le fait que le journal vient d'engager des journalistes, Daniel Pillard souligne que les changements sont inévitables lors de l'arrivée d'un nouveau rédacteur en chef. Un journaliste sportif a été engagé, de même qu'une enquêtrice pour Genève et un responsable de la culture.

Certains profils de rédacteurs vont changer, notamment en raison de l'accent que la future 'newsroom' lausannoise, à laquelle le quotidien sera intégré, mettra sur le numérique. Le déménagement du 'Temps' de Genève à Lausanne interviendra le 2 mai, a poursuivi le directeur.

'Edelweiss' coupé en deux

Outre des correspondants qui resteront dans les régions, la 'newsroom' réunira environ 90 rédacteurs. Parmi eux, 70 journalistes du 'Temps', une quinzaine de 'L'Hebdo' et cinq de l'ex-rédaction d''Edelweiss'.

La moitié des effectifs de ce mensuel féminin romand, soit cinq personnes sur dix, a été licenciée jeudi, a relevé Daniel Pillard. Ringier avait annoncé il y a peu sa fusion avec le magazine alémanique 'Bolero'.

Les journalistes qui restent seront intégrés au 'Life Style Factory'. Cette équipe, qui compte également deux journalistes du 'Temps', produira les suppléments 'lifestyle' du 'Temps' et de 'L'Hebdo', ainsi que les pages romandes de 'Bolero'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.