Nouvelles mesures pour le transfert du trafic transalpin

Nouvelles mesures pour le transfert du trafic transalpin

Photo: Keystone

Le Conseil fédéral a décidé d'augmenter la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) début 2017. Les entreprises ferroviaires vont quant à elles temporairement bénéficier de prix du sillon plus bas.

Le transfert route-rail du fret transalpin se trouve en bonne voie. En effet, la part du rail est passée de 66,1% (2e semestre 2013) à 68,6% (1er semestre 2015). Il s'agit d'une valeur record depuis l'introduction de la RPLP et de l'augmentation de la limite des poids lourds à 40 tonnes en 2001, a annoncé le directeur de l'Office des transports (OFT) Peter Füglistaler lundi devant les médias.

Le nombre de courses annuelles de camions à travers les Alpes suisses est quant à lui passé de 1,4 à 1 million entre 2001 et 2015. L'objectif de transfert n'est cependant pas encore atteint, a souligné Pierre-André Meyrat, directeur suppléant de l'OFT. La loi prévoit de ne pas dépasser 650'000 courses par an. Mais, 'une nouvelle baisse est possible', estime Peter Füglistaler.

Encourager le transfert route-rail

Le Conseil fédéral a pris des mesures supplémentaires afin d'encourager le passage du fret routier à celui sur rail. La RPLP sera ainsi adaptée avec effet au début de 2017. Les camions des catégories EURO III, IV et V seront soumis à des taux de redevance plus élevés et ceux classés EURO VI n'auront plus droit à un rabais de 10%.

La taxe coûtera 298 francs (moyenne pondérée) contre 276 actuellement pour le passage d'un poids lourd ou d'un semi-remorque en transit à travers la Suisse. Cette hausse devrait générer des recettes de l'ordre de 180 à 190 millions de francs par an. L'adaptation de la RPLP nécessite encore l'approbation du comité mixte Suisse-Union européenne (UE) sur les transports terrestres.

Par ailleurs, les prix du sillon seront revus à la baisse entre 2017 et 2021 afin de favoriser les trains de marchandises longs et lourds. Cela représente un allègement de 10 millions de francs par an pour le fret ferroviaire transalpin.

Le transfert route-rail fait cependant face à certains défis tels que le franc fort, qui engendre des coûts élevés en francs et des recettes faibles en euros pour les entreprises, le faible prix des carburants qui rend les transports routiers avantageux ainsi que la réduction des indemnités du transport combiné 'route-rail', a dit Pierre-André Meyrat.

Mesures jugées insuffisantes

Pour l’association suisse des transports routiers (ASTAG), la proposition du Conseil fédéral est 'défendable'. Elle salue la décision de ne pas augmenter drastiquement les tarifs alors que certains milieux le demandaient activement, à l'instar de l'initiative des Alpes. Celle-ci juge la hausse de la RPLP bien inférieure à ce qu'elle pourrait être.

Selon les chiffres articulés par l'association pour la protection des régions alpines contre le trafic de transit, la Confédération a déjà 'offert 2,75 milliards de francs aux transporteurs routiers' entre 2005 et 2014. Cette dernière n'a pas 'exploité le montant maximal de 325 francs accepté par l'UE', explique Jon Pult, président de l'initiative des Alpes, cité dans le communiqué.

L'association dénonce des 'subventions indirectes accordées au lobby des camionneurs', alors que le nombre de poids lourds aurait pu être notablement réduit, argue-t-elle. Et de demander de 'prélever à l'avenir le tarif maximum de la RPLP et l'adapter au renchérissement'.

L'Association transports et environnement (ATE) se montre, elle, plus enthousiaste. Le rapport de l'OFT souligne clairement que la politique suisse de transfert du trafic de la route au rail est payante. La part du marché du rail en Suisse s'élève à 38% aujourd'hui, contre 20% en moyenne dans l'UE en 2012. L'ATE se dit également 'contente' de l'augmentation de la RPLP.

Forte hausse du fret ferroviaire

L'OFT a également déclaré qu'une chaussée roulante (CR), sorte de navette sur rail pour poids lourds, entre Göschenen (UR) et Airolo (TI) n'était pas une alternative à long terme au second tunnel routier du Gothard. Elle entraînerait entre autres des coûts élevés et freinerait le transfert.

Les prestations de transport sur route et sur rail se sont élevées à 28,3 milliards de tonnes-kilomètres en 2014, contre 27,5 milliards l'année précédente, selon l'Office fédéral de la statistique, soit une hausse de 2,8%. La croissance a été plus forte pour le fret ferroviaire, de 4,6% contre 1,7% pour la route.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.