Nouvelles spéculations autour de Syngenta - Le titre progresse

Nouvelles spéculations autour de Syngenta - Le titre progresse

Photo: Keystone

De nouvelles spéculations quant à l'intérêt du géant américain des semences Monsanto à une fusion avec le bâlois Syngenta ont soutenu mercredi le titre de la multinationale rhénane à la Bourse suisse. Vers 11h00, il gagnait 2,35% à 383,80 francs.

Après les spéculations de vendredi passé, alimentées par l'agence Bloomberg, selon laquelle le groupe chinois ChemChina aurait vu son offre de 449 francs par titre Syngenta rejetée par le groupe rhénan, divers médias ont relayé mercredi des propos attribués à Brett Begemann, le directeur opérationnel de Monsanto. Selon ce dernier, le géant sis à St-Louis n'a pas abandonné le projet d'une offre sur Syngenta.

La multinationale des bords du Rhin, comme le veut l'usage, n'a quant à elle pas souhaité commenter ces informations. Celles-ci ont par ailleurs quelque peu décontenancé les analystes, principalement du fait que le conseil d'administration de Syngenta a déjà rejeté plusieurs offres de Monsanto. Dans sa dernière tentative, le groupe de l'Etat du Missouri offrait 470 francs par action Syngenta.

Grandes manoeuvres

Reste que certains suiveurs du secteur ne seraient pas totalement surpris de voir Monsanto revenir à la charge pour s'emparer de Syngenta. Mais tous tiennent pour acquis le fait que les grandes manoeuvres se préparent dans le secteur de l'agrochimie.

'Tout le monde parle à tout le monde', avait aussi assuré fin octobre Andrew Liveris, le directeur général de The Dow Chemical Company (Dow). Hugh Grant, celui de Monsanto, avait de son côté jugé 'inévitable' une consolidation de la branche.

'La raison principale de ce mouvement est la situation actuellement tendue de l'économie agricole', a estimé la semaine dernière Jeremy Redenius, du cabinet Bernstein. 'Les prix des récoltes baissent depuis deux ou trois ans, la croissance des volumes ralentit, les entreprises se tournent vers la consolidation pour renforcer leurs positions', a noté l'analyste.

Auparavant, la presse avait évoqué un rapprochement entre les groupes américains DuPont, Dow et Syngenta. Alors que DuPont et la multinationale bâloise fusionneraient, Dow reprendrait leurs activités dans les engrais, les pesticides et les herbicides. Les allemands Bayer et BASF figurent également au rang des prétendants potentiels.

Critiques

Echaudée par le rejet des offres de Monsanto, une centaine d'actionnaires du groupe rhénan a constitué en octobre dernier l'Association des actionnaires critiques de Syngenta. Réclamant un examen de la stratégie de l'entreprise, elle reproche à ses organes dirigeants d'avoir manqué plusieurs opportunités créatrices de valeur au cours de ces dernières années. Elle observe que Syngenta a constamment perdu des parts de marché.

Toujours le mois dernier, le directeur général de Syngenta, l'Américain Mike Mack a créé la surprise en annonçant sa démission pour la fin du mois, après huit années passées à la tête de la multinationale rhénane. L'intérim sera assuré par le chef des finances, le Britannique John Ramsay, jusqu'à la nomination d'un successeur.

Les jours suivants, Michel Demaré, le président du conseil d'administration de Syngenta, a expliqué dans la presse que le départ de M. Mack n'était en rien lié au rejet des offres de rachat de Monsanto.'Mike Mack a récemment fait le point sur son très bon bilan et il est parvenu à la conclusion qu’il avait atteint ses buts', avait notamment déclaré le Belge.

Suite au refus des avances de Monsanto, Syngenta s'est cependant attelé à choyer ses actionnaires. Dans le cadre des mesures engagées à cet effet, le groupe a annoncé la mise en vente de son activité dans les semences potagères et le lancement d'un programme de rachat d'actions à hauteur de 2 milliards de francs.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.