Pas d'indice de menace d'attentat en Suisse

Pas d'indice de menace d'attentat en Suisse

Photo: Keystone

La Suisse condamne les attentats de Bruxelles. Rien n'indique qu'elle soit menacée, mais les autorités adaptent en permanence leur dispositif de sécurité. Si aucun Helvète ne figure parmi les victimes, des collégiens fribourgeois en voyage d'études ont eu chaud.

Rien n'indique que la Suisse soit directement menacée par des actes similaires aux attentats terroristes qui ont frappé Bruxelles mardi, a assuré Johann Schneider-Ammann, venu devant la presse prononcer une déclaration dans l'après-midi. Moins d'une heure et demie après l'annonce des premiers attentats, le président de la Confédération condamnait déjà 'sévèrement' ces violences 'horribles' dans un Tweet.

Au nom du Conseil fédéral et de la population suisse, il a présenté ses sincères condoléances et tout son soutien aux proches des victimes. 'Nous nous joignons au deuil de la Belgique'. En soirée, le drapeau du Palais fédéral Ouest à Berne a été mis en berne en mémoire des victimes des attentats de Bruxelles, a annoncé le vice-chancelier André Simonazzi sur son compte Twitter.

La Suisse et l'Europe défendent les valeurs de liberté, de sécurité, d'Etat de droit et de démocratie. Et elles continueront à les défendre, a encore dit M.Schneider-Ammann. 'La menace est prise au sérieux dans notre pays, comme dans le reste de l'Europe depuis des mois'.

Sécurité renforcée

Les autorités suisses, cantonales et fédérales, observent la situation et collaborent étroitement entre elles, mais aussi avec les services partenaires étrangers, a-t-il ajouté. La Suisse n'est pas neutre face au terrorisme; la neutralité ne s'applique qu'à une guerre entre Etats, a dit le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter à la RTS.

Tous les services compétents de la Confédération sont mobilisés. La task force de Fedpol travaille notamment en étroite collaboration avec les autorités belges pour savoir s'il y a un lien entre les attentats de Bruxelles et la Suisse.

Selon le Service de renseignement de la Confédération (SRC), 'il n'est certes pas exclu que de tels attentats aient lieu en Suisse, mais il n'y a à ce jour aucun indice de menace directe contre la Suisse et ses intérêts', a dit à l'ats Isabelle Graber, porte-parole du SRC. 'Le SRC procède à une évaluation constante de la situation', précise-t-elle en ajoutant 'que le niveau de la menace terroriste en Suisse reste toutefois élevé'.

A Genève par exemple, la visibilité des forces de sécurité autour de plusieurs lieux sensibles a été renforcée, notamment les gares, certains bâtiments relevant de la Genève internationale et d'autres lieux de rassemblement. La situation est identique à Bâle, Berne et Zurich, où les polices cantonales adaptent la situation sécuritaire en permanence, ont-elles indiqué à l'ats. Là aussi, elles sont en contact étroit avec les autres corps de police et la Confédération.

Des collégiens fribourgeois ont eu chaud

En fin de journée, le Département fédéral des affaires étrangères confirmait qu'aucun Suisse ne se trouve parmi les victimes, en l'état actuel des informations. Mais une classe du collège St-Michel de Fribourg a eu beaucoup de chance. A quelques minutes près, les Fribourgeois auraient pu être dans la rame qui a explosé.

Dix-neuf élèves âgés de 18 et 19 ans et deux enseignants fribourgeois s'apprêtaient à monter dans un métro sur la même ligne que la rame touchée par l'attentat. Tous sont sains et saufs et ont pu regagner leur hôtel. Ils seront rapatriés le plus rapidement possible, en espérant que ce soit au plus tard mercredi, a dit à l'ats le proviseur du collège, Romain Jaquet.

Trois classes vaudoises étaient également en Belgique. Deux du gymnase de Morges (VD), qui visitaient l'Académie royale des sciences naturelles au moment de l'alerte, devaient rentrer en Suisse mardi soir, par car. Une troisième classe qui se trouvait entre Bruges et Ypres quittera le Plat Pays mercredi. Là non plus, personne n'a été mis en danger par les attentats, indique Véronique Mariani, directrice de l'établissement scolaire, interrogée par l'ats.

Transports touchés

Les transports ferroviaires et aériens ont été touchés par l'attentat. Plusieurs vols entre la Suisse et Bruxelles ont été annulés. A Genève-Cointrin, près de 500 passagers étaient concernés alors qu'ils étaient quelque 800 à Zurich-Kloten. Swiss a organisé une réunion de crise en matinée. La compagnie offre des alternatives gratuites pour des vols réservés avant les attaques.

Sur le rail, les trains sont partis des gares suisses selon horaire, car ils desservent plusieurs stations avant d'arriver en Belgique. Les CFF ne sont toutefois pas en mesure de préciser jusqu'où ils circulent. En Belgique même, il faut s'attendre à des retards ou des suppressions de correspondances.

Du côté des voyagistes suisses, aucun n'annonce apparemment de clients à Bruxelles, même s'il se pourrait que des passagers en provenance de Suisse soient en transit en Belgique, selon Kuoni. L'aéroport de Zaventem est une importante plaque tournante pour les vols vers l'Afrique.

Quant aux réservations pour le week-end pascal, il est encore trop tôt pour savoir s'il y aura des annulations. Hotelplan, le voyagiste de la Migros, évoque une vingtaine de réservations.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.