Pour Ethos, une révision du droit des actionnaires est nécessaire

Pour Ethos, une révision du droit des actionnaires est nécessaire

Photo: Keystone

Le président d'Ethos, Dominique Biedermann, critique le fait que la politique ait renvoyé la révision du droit des actionnaires aux calendes grecques. Une telle modification est nécessaire parce que de nombreuses entreprises suisses sont vendues à l'étranger.

Combien de sociétés suisses doivent tomber aux mains de groupes étrangers pour qu'une révision du droit des actionnaires devienne prioritaire, se demande Dominique Biedermann, président de la fondation dans une interview à la NZZ am Sonntag ? Il s'agit ici de l'industrie suisse et des milliers d'emplois sont concernés.

Il y a de nombreuses raisons pour que des règles de bonne gouvernance soient introduites dans une loi, a ajouté Dominique Biedermann. De plus, il renchérit en déclarant qu'une révision aurait pu empêcher le cas Sika.

Un bras de fer a lieu a lieu actuellement entre la direction du groupe zougois de spécialités chimiques et la famille fondatrice au sujet de la vente au groupe français Saint-Gobain. Le président d'Ethos a aussi mentionné les dernières cessions de groupes suisses importants tels que Gategroup au conglomérat chinois HNA ou celle de Syngenta à un autre conglomérat chinois, ChemChina.

Le Conseil fédéral a défini à fin décembre 2015 les grandes lignes de son projet de réforme du droit de la société anonyme. Il a reculé sur des points importants suite aux critiques émises lors de la consultation. Il n'entend par exemple pas aller aussi loin que prévu initialement pour les primes d'embauche et les indemnités découlant d'une prohibition de faire concurrence. Le projet sera soumis au Parlement d'ici à fin 2016.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.