Sécurité alimentaire: haro sur le contre-projet du conseil fédéral

Sécurité alimentaire: haro sur le contre-projet du conseil fédéral

Photo: Keystone

Le contre-projet du Conseil fédéral à l'initiative des paysans 'pour la sécurité alimentaire' ne récolte que des coups de fourche mécontents. USP et UDC préfèrent l'original à la copie. Les autres partis refusent de revenir sur la politique agricole 2014-2017.

A l'origine de l'initiative populaire lancée par l'Union suisse des paysans (USP) se trouve cette réforme agraire. Dans un premier temps, un groupe mené par le conseiller national Rudolf Joder (UDC/BE) avait lancé un référendum, sans succès.

Mauvaise politique agricole

Moins de grandes cultures, moins de céréales panifiables et des paiements directs pour 'les jardins familiaux, décorations florales et des bancs en bordure de forêts': la politique agricole fait fausse route et produit des 'effets toujours plus négatifs', écrit l'UDC dans sa réponse.

Il faut agir. Pourtant, le contre-projet ignore les buts de l'initiative, passe à côté des problèmes qui touchent la production agricole et ouvre la voie à davantage d'importation de l'étranger, critique le parti.

L'USP salue la proposition du gouvernement, mais déplore qu'il ne reprenne pas l'élément-clé de l'initiative: renforcer la production locale des denrées alimentaires. Par ailleurs, l'organisation s'oppose à l'inclusion des marchés internationaux dans le contre-projet direct et veut que la réduction des charges administratives soit ajoutée.

Projet inutile, initiative 'rétrograde'

Le projet du Conseil fédéral ne convainc pas davantage les autres partis, excepté le PBD, mais pour des raisons opposées. Tant l'initiative que le contre-projet sont inutiles, estiment PLR, PS et Verts. Nul besoin d'agir, puisque l'actuel article constitutionnel suffit déjà.

Le PDC juge également inutile le contre-projet, qui, à ses yeux, ne renforce pas explicitement la production indigène. Le parti n'a toutefois pas encore décidé s'il soutiendra l'initiative des paysans.

Le PBD salue lui le contre-projet du Conseil fédéral, qui donne 'une réponse plus complète aux défis spécifiquement suisses'. Outre la production indigène, il faut en effet d'autres éléments pour assurer à long terme la sécurité alimentaire en Suisse.

Pas question d'entrer en matière sur une initiative 'rétrograde', attaque Pro natura. Avec sa proposition, le Conseil fédéral crée une insécurité pour les familles paysannes qui ne savent plus dans quelle direction va la politique agricole, renchérissent les socialistes.

Le développement d'une agriculture plus écologique et durable ne doit pas souffrir de retour de manivelle. Les nouvelles prescriptions liées à la politique agricole 2014-2017 doivent être appliquées, rappelle la gauche.

Argent et arguments

Un nouvel article signifierait un nouveau soutien financier au secteur primaire, redoutent les libéraux-radicaux. Car la mise en oeuvre de l'initiative n'est pas chiffrée.

Plus tactiquement, les Vert'libéraux remarquent qu'en cas de votation, la proposition gouvernementale se laissera difficilement expliquer. Les Verts préfèrent eux mettre en avant leur propre texte, en faveur de denrées alimentaires de bonne qualité et produites dans le respect de l'environnement.

Un sommet comme alternative

Seule l'association des petits paysans épargne en partie le texte du Conseil fédéral. Il comble une lacune concernant la sécurité alimentaire, salue l'organisation. Mais le contre-projet doit être plus précis dans le soutien à une agriculture durable. Une demande illusoire, estime l'Alliance agraire, qui regroupe des associations pour l'environnement et agricoles.

Cette dernière, attentive au sentiment des paysans 'de ne plus se sentir pris au sérieux comme producteurs de biens alimentaires' depuis l'introduction de la nouvelle politique agricole, propose la mise sur pied d'un 'sommet de l'alimentation'.

Son but: favoriser le dialogue entre les autorités et la paysannerie. Un tel sommet offrirait un dialogue plus constructif qu'un débat polarisé dans le cadre d'une votation populaire, conclut l'Alliance.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.