UDC et PDC insatisfaits de la répartition des dicastères

UDC et PDC insatisfaits de la répartition des dicastères

Photo: Keystone

Le président de l'UDC Toni Brunner est mécontent de la répartition des départements fédéraux. 'Je suis déçu que Madame Sommaruga n'ait pas libéré le poste du Département fédéral de justice et police', a-t-il déclaré à l'ats.

Mais d'après Simonetta Sommaruga, aucun des deux conseillers fédéraux UDC ne s'est montré intéressé par son département. La Bernoise n'a en outre jamais manifesté son désir de quitter le DFJP.

Toni Brunner est néanmoins satisfait de voir Ueli Maurer arriver au Département fédéral des finances (DFF). Cette rocade a une certaine logique, selon lui: avant d'être ministre de la défense, M. Maurer a été un bon connaisseur des questions financières en siégeant à la commission parlementaire en charge de ces dossiers.

Le DFF est en outre un département clé qui donnera l'occasion de s'entretenir aussi avec le DFJP, par exemple en ce qui concerne les finances dans le domaine de l'asile. Le président de l'UDC pense qu'une nouvelle orientation sera donnée au département. En politique intérieure, il s'agira de ficeler des plans de rigueur au vu des sombres perspectives financières.

Le peuple ou le parti

De son côté, le Parti socialiste estime que le Conseil fédéral a fait le choix 'de la stabilité et du collectif'. Les socialistes attendent cependant du nouveau ministre des finances qu'il défende les intérêts de la population avant ceux de son parti, écrivent-ils dans un communiqué.

Le PS évaluera Ueli Maurer dans son travail à la suite de Mme Widmer-Schlumpf. 'Il devra porter vers l’avenir la stratégie de l’argent propre et la réforme de la place financière suisse et ne devra pas favoriser l’armée dans les discussions budgétaires futures'.

Concernant les autres départements, les socialistes se réjouissent de ce que leurs deux représentants gardent leur dicastère. 'Pour les assurances sociales, c'est une très bonne nouvelle' qu'Alain Berset conserve l'Intérieur. De même, il est 'réjouissant que la réforme de l'asile, la mise en œuvre de l'initiative contre l'immigration de masse ou l'égalité salariale' restent entre les mains de Simonetta Sommaruga.

Déception au PDC

Tout comme l'UDC, mais pour d'autres raisons, les démocrates-chrétiens sont déçus que le DFJP ne soit pas repris par l'Union démocratique du centre, a déclaré vendredi à l'ats Béatrice Wertli, secrétaire générale du PDC.

'Les conseillers fédéraux UDC manquent ainsi une chance de réellement prendre en main les thèmes qu'il décrit comme les plus gros problèmes du pays, au lieu de simplement les exploiter', écrit le PDC dans un communiqué.

Les démocrates-chrétiens se disent en revanche satisfaits que Doris Leuthard garde la tête du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). 'Elle a assuré avec succès les tâches exigeantes du département', soulignent-ils, 'en proposant des solutions courageuses'.

Quant au PLR, il réagit positivement au fait que les deux conseillers fédéraux du parti soient reconduits à la tête de leur département. Le président Philipp Müller refuse toutefois de spéculer sur les conséquences du transfert d'Ueli Maurer. 'Nous verrons s'il remplira les exigences de son parti au Département fédéral des finances' a-t-il déclaré à l'ats.

Stabilité du budget

Economiesuisse accueille favorablement l'arrivée d'Ueli Maurer aux Finances et salue le fait que le département reste en mains bourgeoises. 'C'est un choix sage que de placer à sa tête un conseiller fédéral disposant d'une longue expérience', estime sa directrice Monika Rühl.

L'organisation faîtière des entreprises attend de M. Maurer qu'il accorde une attention particulière à la stabilité du budget de la Confédération et qu'il respecte le frein à l'endettement.

Pour sa part, l'Association suisse des banquiers ne commente pas le transfert d'Ueli Maurer. Elle attend cependant une 'collaboration pleine et entière' au profit de la place financière suisse, et de la compréhension pour une régulation orientée sur la pratique. Il s'agira d'éviter le 'swiss finish', qui consiste à appliquer en Suisse des solutions allant au-delà de celles discutées dans les arènes internationales.

Guy Parmelin 'respecté'

Pour la Société Suisse des Officiers (SSO), Guy Parmelin fera un bon chef de la défense. 'Il est tout à fait compétent' pour diriger ce département (DDPS), estime Denis Froidevaux, président de la SSO. Le fait qu'il n'ait que le grade de caporal n'est pas un problème: 'M. Parmelin sera sans aucun doute respecté'.

Denis Froidevaux ne s'attend pas à des bouleversements dans la politique de sécurité. Les dossiers importants, comme le développement de l'armée et le nouveau service de renseignement, sont déjà sur les rails.

De son côté, le président de l'UDC Toni Brunner pense que Guy Parmelin doit peut-être être heureux d'avoir échappé au DFF. 'Son caractère convient bien au DDPS', et il connaît les questions de politique sécuritaire, de par son activité au Parlement.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.