Une commission fédérale défend le financement de la SSR

Une commission fédérale défend le financement de la SSR

Photo: Keystone

Alors que l'initiative pour supprimer la redevance Billag est déposée vendredi, un rapport de la commission fédérale des médias (COFEM) vole au secours de la SSR. Le service public a sa place en Suisse et son mode de financement est adéquat.

Pour la COFEM, le maintien d'un service public est le garant de contenus médiatiques de qualité, variés et indépendants. Cette offre a une importance essentielle sur la formation de l'opinion publique, a-t-elle indiqué dans son rapport publié vendredi.

Pour assurer ces prestations, il faut une institution possédant une taille critique suffisante, capable de résister à la concurrence étrangère active en Suisse et qui apporte un contenu journalistique qui favorise la cohésion de la population helvétique.

Au vu de la situation actuelle, la commission fédérale estime cependant que la SSR dispose de moyens financiers suffisants. Pour se financer, le 'système mixte' en vigueur permet aux télévisions de la SSR et aux chaînes locales sous concession de disposer de recettes publicitaires en plus de la redevance facturée aux ménages.

Par exemple, les huit télévisions de la SSR sont financées à 70% par la redevance (les radios SSR le sont à 100%), une proportion similaire chez les plus petites TV régionales concessionnées.

Système dual peu convaincant

Pour la COFEM, ce système a fait ses preuves. Un modèle dual impliquerait lui de renoncer au financement publicitaire pour le service public, cette source de revenus étant réservée aux privés. Conséquence: la SSR devrait se passer de 316 millions de francs. La part de redevance octroyée aux privés (4 à 6%) ne compenserait pas cette perte.

En outre, la publicité dont la SSR devrait se passer ne reviendrait pas forcément aux diffuseurs privés suisses mais aurait de bonnes chances d'être captée par des fournisseurs étrangers. Enfin, avec les restrictions imposées à la SSR, l'économie perdrait d'importants débouchés, le marché publicitaire représentant quelque 7,3 milliards de francs avec près de 22'000 emplois à la clé, note le rapport.

Pour la commission et les acteurs du secteur, ce n'est pas une piste pour la Suisse. La COFEM se montre tout aussi critique sur le modèle évoqué par Avenir Suisse qui veut séparer le producteur de contenus pur de son canal de diffusion (public content provider). Un tel système pourrait conduire à un affaiblissement des ressources journalistiques.

La SSR doit rendre des comptes

Une majorité de la commission s'est ainsi décidée pour le maintien du modèle mixte actuel. L'interdiction pour les radios de la SSR de faire de la publicité doit être maintenue, même si certains membres sont d'un autre avis.

Par contre, les entreprises doivent davantage rendre des comptes. 'Il faut anticiper des mesures afin que le public soit régulièrement informé des prestations concrètes des programmes et de leurs coûts'. La commission pose des exigences en matière de transparence, d'évaluation interne, de partenariats public-privé.

Publicité en ligne toujours interdite

Reste la question toujours controversée de la publicité en ligne. Pour la publicité contenue dans des programmes déjà diffusés de manière linéaire, elle doit également être intégrée à l'offre en ligne. La commission n'y voit rien à redire.

En revanche, 'permettre à la SSR de la publicité vidéo (pre-, mid, post-roll) est contesté'. Une majorité des membres de la COFEM soutient un maintien de l'interdiction actuelle pour ces trois à cinq prochaines années.

Elle est aussi pour que la SSR n'ait pas le droit de faire de la publicité dans le domaine des petites annonces et des plateformes de e-commerce.

Créée en novembre 2012, la COFEM a pour mandat d'observer le paysage médiatique suisse et de formuler des recommandations à l'intention du Conseil fédéral. Mais elle ne peut rien décider.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.