Une commission veut que la préférence nationale soit précisée

Une commission veut que la préférence nationale soit précisée

Photo: Keystone

Le projet de loi du Conseil fédéral sur la gestion de l'immigration, qui prévoit une clause de sauvegarde unilatérale, doit être précisé. La commission des institutions politiques du National s'est penchée sur les propositions du gouvernement.

Elle a refusé de renvoyer le projet au Conseil fédéral par 18 voix contre 6 et 1 abstention, a fait savoir vendredi le conseiller national Heinz Brand (UDC/GR), président de la commission, lors d'un point de presse. Mais elle demande davantage d'informations de la part de l'administration fédérale sur la préférence nationale.

L'administration doit examiner cette préférence nationale, et préciser en quoi elle consiste exactement. C'est le PLR qui a proposé de mettre en oeuvre l'initiative sur l'immigration de masse avec la préférence nationale. Selon le groupe parlementaire, c'est la solution qui offre le plus de chances de trouver un accord avec l'Union européenne.

Le modèle de l'ancien secrétaire d'Etat Michael Ambühl, développé pour le Tessin, doit aussi être examiné. Les solutions seraient différentes selon les régions. Selon ce modèle, l’employeur devrait prouver qu’il a d'abord cherché à engager de la main-d'oeuvre indigène avant de recruter un frontalier, dans le cas du Tessin par exemple. La commission a prévu d'auditionner Michael Ambühl dans le cadre de ses travaux.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.